Marc Madiot
Marc Madiot | AFP-Saget

La FDJ-BigMat veut responsabiliser ses coureurs

Publié le , modifié le

Le début d’année est l’occasion pour les équipes de cyclisme de présenter leurs coureurs et leur programme pour la saison à venir. La Française des Jeux -équipe préférée des Français- a ainsi convié les représentants des médias ce vendredi pour évoquer son ambition après être revenue en Pro Tour. Et pour rester parmi l'étlite, la FDJ s'est associée à un nouveau partenaire, BigMat, afin de pouvoir rivaliser avec les plus grosses cylindrées.

On a été cherché notre ticket World Tour à la pédale

Rétrogradée en Continental Pro, la FDJ a vécu une année 2011 transitoire. "Quand on est dans le World Tour, on est sûr de faire les plus grandes courses, alors que lorsque l’on est en deuxième division, comme c’était le cas à la même époque, j’ai connu l’angoisse de ne pas savoir si on allait être au départ d’un maximum de grandes courses",a indiqué le Directeur sportif Marc Madiot. Ce dernier estime surtout que le mérite revient à la pugnacité de ses coureurs. "Les gars se sont bien battus, on a gagné 28 courses. On a marqué des points tout au long de l’année. On a été cherché notre ticket World Tour à la pédale, ce qui était important pour l’avenir et le devenir de l’équipe", dit-il.

L'aîné des frères Madiot souligne surtout le fait que son effectif a gagné en maturité, ce qui a souvent fait défaut à la FDJ. "Ils ont commencé à prendre de la responsabilité tout au long de 2011, que ce soit des garçons comme Pinot, ou Démare, on va vraiment leur donner des responsabilités. Ils ne gagneront pas forcément la première année, mais qu’ils soient le plus souvent possible en situation de jouer devant."

Le Directeur sportif historique de l'équipe française sait aussi que pour franchit un palier, la stratégie d'équipe doit être primordiale, et articulée autour de leaders, ce qui là encore, pêchait par le passé. "Cela veut dire être protégé, avec des équipiers qui mettront le leader à l’abri, au bon endroit dans les difficultés". Et en termes de leaders, Madiot devrait s'appuyer sur l'expérience d'un Sandy Casar pour la Vuelta, et le talent d'Arnold Jeannesson. D'un profil de grimpeur et de cyclo-crossman devra en effet confirmer sa 15e place sur la dernière Grande Boucle. "Il sera leader de l’équipe sur le Tour, a affirmé Madiot. Il a fait 15e du Tour, on ne l’attendait pas à ce niveau là. Il va avoir une saison de plus d’expérience, il a le calme, la tranquillité, et je pense qu’il a pris conscience de ses qualités qui sont parfaitement adaptées au Tour de France."

"Le Tour a été un déclic"

Si cette année 2011 n'a pas été la plus mémorable de la FDJ, elle a néanmoins permis au groupe de prendre conscience de ses réelles capacités. La 15e place de Jeannesson, et les performances de l'équipe tout au long des trois semaines de compétition ont eu l'effet d'un déclic. "Le Tour a fait beaucoup de bien à la tête des coureurs et de l’encadrement. On a retrouvé un terrain d’expression que l’on avait peut-être perdu de vue les années précédentes. Il y avait de l’envie de l’enthousiasme, et les coureurs sentaient qu’il y avait des choses réalisables, le sentiment que l’on pouvait exister", a déclaré Madiot. "Cela a forcément provoqué un déclic chez les coureurs qui étaient sur le Tour, mais également chez ceux qui n’y étaient pas. Cela s’est vu tout de suite dans les courses qui ont suivi. Il y avait dans le regard des coureurs la possibilité d’aller jouer la gagne. Ce qui n’était pas le cas avant", a expliqué le double vainqueur de Paris-Roubaix.

Désormais revenu parmi l'élite du cyclisme mondial, la FDJ-BigMat se sait attendue. "La différence est qu’il va falloir continuer à être le meilleur possible sur tous les terrains qui nous sont proposés. Ce ne sera pas plus difficile que l’an passé, difficile sûrement", a dit Madiot. Mais il sait qu'il peut compter sur des coureurs compétitifs sur tous les types de courses. "On a des coureurs qui sont capables de jouer un très bon niveau dans la montagne, ou dans les sprints, même si ils sont parfois jeunes. Dans les terrains passe-partout, on a des joueurs d’expérience avec Casar, Fédrigo, Roy et autres. Dans ce domaine on n’a pas grand-chose à envier aux autres équipes, il nous manque peut-être le super leader, mais on a des coureurs capables de faire des choses tout au long de l’année", a indiqué Madiot.

Le super leader que Madiot espère secrètement pourrait s'appeler Arnaud Démare. Le champion du monde espoirs n'a que 20 ans, mais il a la tête sur les épaules, et son talent ne fait aucun doute. Madiot le sait bien, et compte bien placer le jeune coureur en face de ses responsabilités. "Un sprinteur c’est fait pour gagner. C’est comme en football, un buteur c’est fait pour mettre la balle au fond. En cyclisme, c’est un peu la même chose, un sprinteur doit mettre la balle au fond dans une arrivée massive", schématise le Directeur sportif. "L’objectif pour Arnaud, ce ne sera pas de faire le fanfaron dans les échappées ou autre, ce sera de se focaliser sur les arrivées massives, et il aura des coéquipiers à disposition pour le mettre dans les meilleures conditions et aller jouer la gagne pour le sprint." Si l'on en croit Madiot, la FDJ-BigMat devrait en effet faire plus que montrer le maillot cette saison, et c'est tant mieux pour le cyclisme tricolore.

Les 29 coureurs de la FDJ-BigMat
William Bonnet (FRA), Nacer Bouhanni (FRA), Sandy Casar (FRA), Steve Chainel (FRA), Arnaud Courteille (FRA), Mickaël Delage (FRA), Pierrick Fédrigo (FRA), Arnaud Gérard (FRA), Anthony Geslin (FRA), Frédéric Guesdon (FRA), Yauheni Hutarovitch (BLR), Arnold Jeannesson (FRA), Matthieu Ladagnous (FRA), Francis Mourey (FRA), Yoann Offredo (FRA), Rémi Pauriol (FRA), Cédric Pineau (FRA), Thibaut Pinot (FRA), Dominique Rollin (CAN), Anthony Roux (FRA), Jérémy Roy (FRA), Geoffrey Soupe (FRA), Benoît Vaugrenard (FRA), Arthur Vichot (FRA), David Boucher (FRA), Arnaud Démare (FRA), Kenny Elissonde (FRA), Gabriel Rasch (NOR), Jussi Veikkanen (FIN)
Directeur sportif: Marc Madiot
Assistants: Martial Gayant, Franck Pineau, Thierry Bricaud et Yvon Madiot.

Romain Bonte