Schleck Andy sourire Contador en arrière plan TDF
Andy Schleck a retrouvé le sourire malgré Alberto Contador | AFP - Lionel Bonaventure

La dernière chance de Schleck

Publié le , modifié le

A quatre jours de l'arrivée, seulement huit secondes séparent Andy Schleck d'Alberto Contador. Le Luxembourgeois le sait, cette 17e étape avec l'ascension du Tourmalet, constitue sans doute sa dernière chance de remporter le Tour de France. Intouchable dans l'exercice du contre-la-montre prévu samedi à Bordeaux, l'Espagnol cherchera à perdre le moins de seconde possible lors de cette étape cruciale.

"Il n'y a qu'une option, c'est le Tourmalet. Si je fais quelque chose  avant, ça ne marchera pas", a déclaré la veille un Andy Schleck décidé à en découdre. Le coureur de la Saxo Bank estime que pour aborder sereinement le contre-la-montre de samedi, il devra compter au moins une minute d'avance sur le tenant du titre. "Avec une minute, je serais content. Plus, c'est  mieux. Moins, ça suffira peut-être quand même", a-t-il lancé. Depuis l'annonce du tracé de cette édition 2010, Contador a toujours estimé que "le Tour se jouera dans les Pyrénées".

Après la journée de repos de mercredi, les acteurs de la Grande Boucle se remettent donc en selle. De Pau au col du Tourmalet, les coureurs, qui ne cachent pas leur harassement, affronteront pour la dernière fois les rudesses de la montagne avec un final qui promet de se faire dans la douleur, à 2 115 mètres d’altitude. En dehors du classement général, les favoris auront les yeux tournés vers une victoire d'étape qu'ils n'oublieront pas. L'Espagnol Samuel Sanchez (à deux minutes de Contador), qui ne semble pas moins fort en montagne que Schleck, Contador ou Denis Menchov (à 2 min 13 sec) dans les cols, ne s'est encore jamais imposé sur le Tour de France.

Menchov en trouble-fêtes ?
"C'est un Tour encore ouvert", estime Serge Parsani, l'expérimenté directeur  sportif de Katusha. "Schleck doit attaquer, et même Contador. Si Menchov ne se  fait pas lâcher dans le Tourmalet, attention à lui. Car le contre-la-montre de  samedi lui est favorable". Ce sera peut-être l'occasion ou jamais pour lui de triompher sur une étape mythique.  "Quand Schleck ou Contador  ont attaqué dans les dernières étapes de montagne, ils ne l'ont pas lâché.  Menchov a montré qu'il était bien en cette fin de Tour", a rappelé Parsani. L’étape haute-pyrénéenne abriteraégalement un autre combat, celui du maillot à pois. Le doyen du Tour,Christophe Moreau, aura aussi un rôle à jouer pour conquérir le titrehonorifique du meilleur grimpeur.

Cette dix-septième étape, longue de 174 kilomètres,partira de Pau et se terminera en hauteur, au sommet du Tourmalet. Avant derejoindre l'altitude de 2115 mètres, la course franchit deux cols classés en premièrecatégorie. Marie-Blanque, grimpé par son versant le plus raide (9,3 km à 7,6 %) à partir d'Escot, précède lamontée du Soulor(11,9 km à 7,8 %) abordé parla vallée de Ferrières, une route rarement empruntée par la Grande Boucle. Ausommet du Soulor (1474 m),le Tour descend en direction d'Argelès-Gazostet traverse les gorges de Luz pour attaquer le Tourmalet à partir de Luz-Saint-Sauveur.L’ascension par Barèges (km 162) s’allonge sur 18,6 kilomètres,sur une pente moyenne de 7,5 %, pourrejoindre le col, situé sous l'observatoire du Pic du Midi Départ de Pau à 12h15, arrivée au Tourmaletvers 17h20.