Maxime Teixeira et Roger Federer
Maxime Teixeira a pris du plaisir à croiser la route de Roger Federer | AFP - Alexander Klein

La défaite de rêve de Teixeira

Publié le , modifié le

Avec son invitation et surtout après sa victoire sur Vincent Millot au 1er tour, Maxime Teixeira avait la lourde tâche, mais également le bonheur, d'affronter Roger Federer au 2e. A 22 ans, c'était un rêve, qu'il a crânement attaqué, jouant sa chance à fond, pour finalement s'incliner 6-3, 6-0, 6-2. "J'ai pris énormément de plaisir, même si le score est un peu sévère", déclarait-il à la sortie du terrain.

Leur monde se ressemble, mais est tellement différent en même temps. Maxime Teixeira, 181e joueur mondial à 22 ans, face à Roger Federer, N.3 mondial à 29 ans, le duel était forcément déséquilibré. Des 245 matches et seize titres en Grand Chelem pour le Suisse, le Français ne pouvait que répondre par sa deuxième rencontre dans l'univers des maîtres. Et lorsque l'un occupe une belle chambre d'hôtel d'un palace parisien pendant la quinzaine, l'autre rentre chez lui, à Montrouge, avec sa 206 noire trois portes. Pourtant, c'est le natif de La Rochelle qui a sans doute été le plus dérangé dans sa préparation. "Lundi, j'ai fait trois plateaux télé, une émission de radio, des interviews", expliquait-il. Pour éviter de se laisser emmener par un tourbillon, le 21e joueur français est donc revenu aux fondamentaux, passant une journée loin de Roland-Garros, au stade René-Leduc de Meudon, dans la verdure sur les hauteurs de la commune. De belles terres-battue, son entraîneur, ses repères, de quoi revenir sur terre avant de défier l'ancien empereur du circuit mondial.

Et cela lui a fait du bien, visiblement. Si le début du match était rapidement à l'avantage du Suisse qui profitait d'un bras un peu tremblant (deux double-fautes dans le premier jeu de service) de son adversaire (2-0), la suite était moins claire. La tête de série N.3 commettait quelques fautes, pendant que le licencié au club de Sannois (Val-d'Oise) se mettait à lâcher le bras, les jambes et la tête: amorties, montées à la volée, accélérations en revers comme en coups droits. Il revenait ainsi à (2-2) et rivalisait jusqu'à la fin du premier set (6-3), laissant le soin à l'Helvète de manifester quelques signes d'agacement ou de précipitation . "J'avais le choix de jouer de différentes façons aujourd'hui", décrivait-il. "C'était presque la difficulté de choisir la bonne. Après, c'était rigolo ; le plus vite, le plus agressif que je jouais, il jouait mieux aussi. Si je mettais plus de lift, il avait plus de peine. J'ai décidé de jouer comme cela. Je jouais pour gagner." Preuve que pour ne plus perdre contre un joueur classé plus loin que la 99e place depuis 2005 (et une défaite contre Gasquet, alors 101e, à Monte-Carlo), l'ancien N.1 mondial ne prend personne à la légère. C'est comme cela qu'il peut battre le Français en 1h24, ne laissant que cinq jeux en chemin. 

"Il est encore très fort, il a encore beaucoup de matches à gagner", constatait Maxime Teixeira. "J'ai essayé d'oublier qui était en face. Mais ce n'est pas évident d'oublier que l'on joue contre l'un des plus grands joueurs de tous les temps. J'ai pris énormément de plaisir, même si le score est un peu sévère. Je suis plutôt content de moi. J'ai pu le faire douter au premier set. Même si ce n'est pas facile quand les jeux défilent, j'ai fait ce que je pouvais. Je suis content de moi. Quand les jeux ont commencé à défiler, j'ai essayé de chercher une solution, de trouver quelque chose pour le contrarier. Ce qui m'a impressionné déjà, c'est sa concentration. On voit dans les vestiaires que rien ne peut le perturber. Après, en coup droit, ça va très vite. Au service, il est très, très précis. Je me suis rendu compte que j'avais beaucoup de travail à faire au service." Avec les 25000 euros gagnés lors du 1er tour, soit plus que dans toute sa jeune carrière, le Francilien compte bien en tirer profit dans les semaines à venir: "Je voyage souvent tout seul. En Amérique du Sud, cela coûte cher, je vais essayer d'amener un coach avec moi, d'avoir un suivi." Au-delà de la 1000e place mondiale voici un an et demi, Maxime Teixeira veut poursuivre son ascension, après avoir approché de très loin l'Everest.

Voir la video