La 3e étape du Tour de France n'est plus menacée

Publié le , modifié le

Le parti nationaliste Corsica Libera (Corse libre) a levé dimanche sa menace d'empêcher lundi la 3e étape (Ajaccio-Calvi) du Tour de France cycliste, les militants arrêtés et gardés à vue pour avoir tracé des graffitis sur la route ayant été relâchés.

"Nos militants ont été relâchés, le Tour de France peut continuer", a  déclaré à la presse le porte-parole de Corsica Libera Jean-Philippe Antolini. Quatre hommes avaient été arrêtés à Vivario (Haute-Corse) dans la nuit de  samedi à dimanche et placés en garde à vue par la gendarmerie pour avoir tracé  à la peinture des slogans nationalistes sur la RN 193 où est passée l'étape de  dimanche (Bastia-Ajaccio). Deux d'entre eux avaient été remis en liberté dans la matinée, les deux  autres ont été relâchés dans l'après-midi sans précision sur d'éventuelles  poursuites contre eux.

AFP