L'équipe RadioShack dément "être proche de la faillite"

Publié le , modifié le

La structure propriétaire de l'équipe RadioShack (Leopard SA) a démenti "formellement", samedi, "être en état de déconfiture et proche de la faillite". La société a tenu à répondre dans un communiqué "à des rumeurs malveillantes".

"Dès le commencement de ses activités dans le cyclisme professionnel et sa  demande de licence auprès de l'UCI (Union cycliste internationale), le business  plan prévoyait un déficit important pour la première saison qui serait couvert  par ses actionnaires. Le bilan tel que clôturé au 31 décembre 2011 est conforme  à ces prévisions", a déclaré la société de l'équipe dirigée par Johan Bruyneel.  "Les auditeurs, tant de la société que de l'UCI, ont non seulement validé  les comptes annuels mais ils ont également confirmé la capacité financière de  la société de poursuivre ses activités. La deuxième saison de Léopard SA sera  également conforme au business plan grâce aux nouveaux sponsors et au soutien  indéfectible de ses actionnaires et sponsors de la première heure", a mentionné  le communiqué.

L'équipe RadioShack 2012 est issue de la formation Leopard créée début 2011  au Luxembourg par l'homme d'affaires luxembourgeois Flavio Becca autour des  frères Andy et Frank Schleck et du Suisse Fabian Cancellara.  A la fin de l'année dernière, Flavio Becca a fait appel à Johan Bruyneel,  qui dirigeait la formation financée par RadioShack, pour mener l'équipe  désormais parrainée par la société américaine éponyme. Cette saison, le Luxembourgeois Frank Schleck s'est opposé ouvertement à  Bruyneel, notamment à cause de sa participation (suivie de son abandon) au  Giro. Son frère cadet Andy (vainqueur du Tour 2010) a renoncé au Tour de France  suite à une chute (fracture du sacrum).

Par ailleurs, Bruyneel doit être entendu par un panel d'arbitres dans le  cadre de la procédure disciplinaire pour dopage ouverte contre lui par l'agence  antidopage américaine (Usada). Absent du Tour de France 2012, le Belge est accusé d'avoir pris part à un  système de dopage organisé au sein des équipes avec lesquelles Lance Armstrong  a gagné à sept reprises le Tour de France (1999 à 2005).

AFP