Christophe Kern (Europcar) portrait interview TDF 2011
Christophe Kern (Europcar) | DR

Kern dans l'incertitude

Publié le , modifié le

Diminué par une tendinite au genou gauche, Christophe Kern (Europcar) arborait un strapping et la mine des mauvais jours, mardi, à l’arrivée à Mûr-de-Bretagne. Le champion de France du contre-la-montre n’est pas sûr de pouvoir défendre ses chances encore bien longtemps sur les routes de France. Et le moral s’en ressent.

Auteur d’une belle saison 2011, Christophe Kern arrivait sur le Tour avec de belles ambitions. Galvanisé par sa 6e place sur le Dauphiné et son sacre aux championnats de France du contre-la-montre. Malheureusement pour le coureur alsacien, sa 3e participation à la Grande Boucle pourrait être largement écourtée. Il souffre en effet d’une tendinite au genou depuis le début de l’épreuve. Une blessure qui l’handicape beaucoup et qui ne l’a pas permis, mardi, de faire mieux qu’une 167e place. « J’ai lâché prise à 15km de la ligne, a-t-il raconté à l’arrivée à Mûr-de-Bretagne. A cause de ma tendinite, je pense que je ne vais pas faire long feu. »

Le visage fermé et crispé de fatigue, il s’est montré réaliste : « Une tendinite, ça se soigne avec du repos. Ce n’est pas en faisant 200km tous les jours qu’elle va se résorber. » Et d’ajouter : « Aujourd’hui, j’ai souffert pendant toute l’étape. Je n’arrive pas à relancer. Dès que ca roule vite et qu’il faut mettre du braquet, j’ai mal. (…) Moralement, c’est dur sur le vélo ». S’il se dit « assez pessimiste pour la suite », il compte faire son maximum pour rester encore un peu en course. « Nous allons refaire des soins ce soir même si je suis conscient que c’est un peu repousser l’échéance. » Et de conclure dans un souffle de déception : « J’aimerais qu’il y ait un miracle mais avec ce genre de blessure l’issue est souvent la même. »

Isabelle Trancoën