Angélique Kerber 30052012
Angélique Kerber | TRIBOUILLARD / AFP

Kerber sur les traces de Graff

Publié le , modifié le

Presque inconnue l'an passé jusqu'à ce qu'elle atteigne une demi-finale à l'US Open, Angelique Kerber fait désormais partie du Top 10, et a soif de titres.

La tenante du titre de Roland-Garros Li Na, la craint. Battue par l’Allemande à Indian Wells, la Chinoise a prévenu avant la quinzaine parisienne que Angélique Kerber « sera dangereuse sur terre battue ». Il est vrai qu’en quelques mois, la progression de la joueuse de 24 ans est fulgurante. Avant de devenir la septième Allemande de l’ère Open à intégrer le Top 10 du circuit WTA, Kerber était une illustre inconnue. Alors qu’elle est classée 92e mondiale, elle se révèle au grand public en atteignant le dernier carré du dernier US Open, alors que l’on avait plus vu d’Allemande atteindre ce stade de la compétition depuis Steffi Graff en 1996 (année de son 5e et dernier titre à Flushing Meadows).

En demie, Kerber sera battue par Samantha Stosur, future vainqueur du tournoi. En quart elle avait d’ailleurs sorti Flavia Pennetta qu’elle retrouve justement ce vendredi au troisième tour de Roland-Garros… Kerber qui déstabilise souvent ses adversaires par son jeu de gauchère, peut donc légitimement rêver d'un beau parcours sur la terre ocre. Lors de ses deux premiers duels, elle n'a lâché que 12 jeux, et se verrait bien atteindre au moins un quart de finale.

Une solide défense

A 24 ans, l’expérience et un mental plus solide y sont sans doute pour beaucoup dans cette ascension, et tactiquement, c’est surtout le jeu défensif de l’Allemande qui a connu le plus de progression. La native de Brême a ainsi pu remporter ses premiers titres sur le circuit professionnel cette année, dont son premier en février à l’Open Gaz de France en battant en finale Marion Bartoli. Deux mois plus tard, alors qu’elle se trouve déjà dans le top 20, la gauchère empoche son deuxième titre à Copenhague, en battant cette fois l’ancienne N.1 mondiale Caroline Wozniacki.

Cette fois, l’éclosion de la jeune Allemande ne fait plus l’ombre d’un doute. Kerber participe au renouveau du tennis féminin allemand, et assume déjà totalement son nouveau statut. « Je ne suis pas du genre à me dire à chaque match ‘Hey ! Je fais partie du Top 10 ! », plaisante-t-elle en conférence de presse. « J’essaie juste de faire toujours de mon mieux sur le court », et c’est bien ce qui inquiète ses adversaires. Entraînée par Torben Beltz, Kerber pourrait bien créer la surprise Porte d’Auteuil, mais il lui reste un peu de chemin à parcourir avant de rivaliser avec le palmarès prodigieux de sa compatriote Steffi Graff.
 

Romain Bonte