kelly-Ann Baptiste
La sprinteuse trinidadienne Kelly-Ann Baptiste | OLIVIER MORIN / AFP

Kelly-Ann Baptiste réveille le fantôme du dopage

Publié le , modifié le

La sprinteuse trinidadienne Kelly-Ann Baptiste, médaillée de bronze sur 100 mètres à Daegu il y a deux ans, a rebroussé chemin avant les série du 100 m à Moscou, après les révélations d'une information selon laquelle elle aurait subi un contrôle antidopage positif. Un contrôle malvenu qui réveille le fantôme du dopage qui plane sur l'athlétisme mondial, en particulier depuis les affaires Tyson Gay et Asafa Powell, deux stars du sprint masculin.

L'athlétisme carïbéen est dans l'oeil du cyclone. Après le coup de tonnerre qui a frappé de nombreux Jamaïcains, c'est au tour de Trinidad-et-Tobago d'essuyeer les foudres des contrôleurs antidopage. Avec l'un de ses plus beaux joyaux être pris à défaut. Et elle n'est pas la seule puisque son compatriote Semoy Hackett a également quitté les championnats pour les mêmes raisons, a révélé le journal Trinidad Express.

"Kelly-Ann Baptiste s'est retirée volontairement de la compétition et retourne chez elle", s'est simplement contenté de déclarer e manager de l'équipe nationale de Trinité et Tobago, Dexter Voisin, sans toutefois confirmer un éventuel contrôle antidopage positif.  A Moscou, Baptiste, 26 ans, devait s'engager sur les 100 et 200 m, ainsi que sur le relais 4x100 m.
L'autre sprinteur, Semoy Hackett, a lui aussi quitté Moscou, en raison d'une suspension infligée par la Fédération internationale d'athlétisme  (IAAF).
Hackett, étudiant à Louisana State, avait été testé positif à la methylhexaneamine, aux Championnats universitaires américains la saison dernière. Les autorités sportives trinidadiennes l'avaient toutefois autorisé à disputer les championnats nationaux en juin. Mais l'IAAF a interjeté appel de la décision trinidadienne auprès du Tribunal administratif du sport (TAS) et l'a "suspendu à nouveau, en attendant le résultat de la procédure", selon Voisin.

Jerome Carrere