Teddy Riner
Teddy Riner tout sourire | PHILIPPE MILLEREAU / KMSP / DPPI MEDIA

Teddy Riner: "Un dommage collatéral" dans l'affaire de son salaire à Levallois

Publié le , modifié le

Invité ce matin sur Europe 1 dans le cadre de l'annonce de la candidature de Paris aux Jeux Olympiques 2024, Teddy Riner s'est exprimé sur la polémique liée à son salaire versé par la ville de Levallois. "C'est un contrat de salarié. Je suis un peu touché et un peu peiné d'être au coeur de cette polémique", a-t-il dit. "Je suis victime, j'ai toujours été au Levallois Sporting Club. Je suis un dommage collatéral". C'est la Chambre régionale des comptes (CRC) qui s'est interrogée, dans un rapport du mois de mars dévoilé la semaine dernière, sur la gestion du club de judo de la ville de Patrick Balkany.

Formé au paris Judo, devenu Lagardère Paris Racing, Teddy Riner est arrivé au Levallois Sporting Club en 2009. "On est venu me chercher", rappelait-il ce matin sur Europe 1. "Cet argent, je ne l'ai pas volé. On me l'a donné. Il y a  plein de choses que je ne comprends pas. C'est un contrat de salarié. Je suis ambassadeur de la ville depuis 2009. Je suis un peu touché et un peu peiné d'être au coeur de cette polémique. Je suis un dommage collatéral." Une allusion aux diverses affaires liées à Patrick Balkany, le maire de la ville des Hauts-de-Seine.

La semaine dernière, la Chambre régionale des comptes (CRC) d'Ile-de-France s'interrogeait, dans un rapport du mois de mars dévoilé par la presse, sur la gestion du LSC entre 2008 et 2013, pointant notamment le salaire du septuple champion du monde. En 2010, le judoka a touché 192.682 euros, une rémunération brute qui a  "progressé sensiblement les années suivantes" pour atteindre 429.293 euros en  2013, grâce à "des clauses contractuelles favorables", comme "une part variable  de sa rémunération en fonction de ses performances sportives". "Censée accroître le rayonnement national et international du club et de la  ville" des Hauts-de-Seine, la venue en septembre 2009 de Teddy Riner ("M. Y"  dans le rapport), "n'a pas entraîné de hausse importante des recettes issues  des sponsors privés, mais il a lourdement pesé sur la masse salariale du club",  a remarqué la CRC.

L'interview de Teddy Riner sur Europe 1


Riner : "Je ne vole pas l'argent de Levallois" par Europe1fr