Teddy Riner
Le judoka français Teddy Riner | DPPI - PHILIPPE MILLEREAU

Riner part se ressourcer au Japon

Publié le , modifié le

Teddy Riner, le champion olympique des +100 kg, s'envole dimanche pour le Japon, où pendant 10 jours il travaillera comme un forcené et enchaînera les combats dans un défi à la recherche d'une part de "folie" quelque peu perdue. Le colosse guadeloupéen part s'installer à l'université de Kokushikan, dans la banlieue de Tokyo, du 1er au 12 juin, avec son entraîneur en équipe de France, Franck Chambily, un kiné et son "pote" chez les Bleus, Cyrille Maret (-100 kg).

"J'ai envie de changer d'air, ça va me faire du bien. Ca va me permettre de  trouver un autre niveau technique, de la confrontation, de la diversité aussi.  Ca permet de ne pas faire la statue. Il faut que je me sente toujours en  danger, que je me sente agressé et que j'aille chercher les meilleurs", a dit  Riner dans un entretien avec l'AFP. Pour Chambily, l'idée est de placer Riner dans les meilleures dispositions  "dans la dernière ligne droite" avant les Mondiaux de Tcheliabinsk (RUS, 25-31  aout), et qu'il retrouve l'envie de se surpasser. Lors des Euros, fin avril à  Montpellier, il a gagné, mais sans le panache qui le caractérise, pour son  retour après de longs soucis à l'épaule gauche. "Il avait une certaine pression parce qu'il s'agissait de sa première  compétition depuis 8 mois. Il était sur la retenue, il avait peur de mal faire.  Il était freiné mais c'est lui qui s'était mis des verrous", explique le coach  à l'AFP, après en avoir parlé avec le champion.

Au défi

La superstar des tatamis a eu du mal à digérer ses performances: "Je ne me  mets pas tous ces entraînements dans la gueule pour arriver en compétition et  être aussi peu disponible sur mes jambes". Certes il y a eu la blessure, mais Riner pense aussi que sa nouvelle  paternité peut avoir jouer un rôle: "Peut-être que dans ma tête ça change  beaucoup de choses et que je ne m'en aperçois pas". "Il a de nouvelles responsabilités, il se sent un peu plus sécuritaire. Sur  le tapis, il dégoupille moins, il n'est plus dans ce truc de folie, dans le  dépassement de soi qui fait sa force. Alors peut-être que ce qui s'est passé  dans sa vie privée a eu une incidence sur les tapis", souligne Chambily. Alors, direction le Japon, pour retrouver de la confiance, couper avec  toutes les sollicitations - "Là-bas on ne sera pas emmerdé", se réjouit  l'entraîneur - et prendre des adversaires de poids. "Les combattants japonais vont avoir un malin plaisir à courir après lui.  Ils veulent tous le prendre parce qu'il est le meilleur. En milieu du stage, ce  sera dur, et là ça va être un défi pour lui", souligne-t-il. Riner aura des entraînements tous les après-midis et enchaînera des séances  longues, avec une multitude de combats. "Teddy est un mec de défi, mais pas seulement en compétition. A  l'entraînement aussi. C'est comme ça qu'il marche, qu'il retrouve du plaisir et  qu'il se surpasse", conclut Chambily. Une semaine après son retour du Japon, Riner s'alignera au Grand Prix de  Budapest (21 et 22 juin).

AFP