Rafaela Silva Judo Brésil
Rafaela Silva aux Championnats du monde de judo, à Tokyo, le 27 août 2019. | CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Judo : La championne olympique brésilienne Rafaela Silva contrôlée positive au dopage

Publié le , modifié le

La Brésilienne Rafaela Silva, championne olympique et mondiale de judo, a admis vendredi avoir subi un contrôle antidopage positif au fenotérol, mais a clamé son innocence.

La championne olympique et mondiale de judo, Rafaela Silva, a été contrôlée positive au fenotérol, un broncho-dilatateur utilisé notamment pour le traitement de l'asthme. Le fenotérol fait partie de la liste des produits interdits de l'Agence mondiale antidopage (AMA). "Je suis propre et je vais continuer à m'entraîner et à me battre pour prouver mon innocence", a-t-elle expliqué en conférence de presse, vendredi 20 septembre. "J'ai été contrôlée positive au fénotérol (...), mais je ne fais pas usage de cette substance, je ne suis pas asthmatique", a ajouté Rafaela Silva.

Le contrôle positif a eu lieu le 9 août, lors des Jeux Panaméricains, où elle a remporté la médaille d'or dans la catégorie -57 kg. Dans la foulée, elle avait décroché le bronze aux Mondiaux de Tokyo, où elle espère pouvoir défendre l'an prochain son titre olympique des Jeux de Rio, en 2016.

Un symbole de réussite 

Son avocat Bichara Neto a précisé lors de la conférence de presse que la Brésilienne n'était "pas suspendue à titre provisoire".  La championne olympique a souligné qu'elle avait été contrôlée une nouvelle fois le 29 août, à l'issue des Mondiaux, mais que l'échantillon n'avait pas accusé la présence de fenotérol. Elle a d'ailleurs affirmé qu'une des hypothèses était que la substance lui ait été transmise par un bébé, la fille d'une amie, qui fait usage de produits contre l'asthme.

Rafaela Silva, qui a grandi dans la Cité de Dieu, célèbre favela de Rio de Janeiro, a remporté ses plus grands titres à domicile, aux Mondiaux de 2013 et aux JO de 2016, devenant un symbole de réussite pour les populations des quartiers difficiles. En juin 2016, la nageuse brésilienne Etiene Medeiros avait également été contrôlée positive au fenotérol, mais avait été innocentée quelques semaines plus tard et autorisée à participer aux Jeux de Rio. 

AFP