Lucie Decosse Mondiaux 2011
Lucie Decosse heureuse de son nouveau sacre mondial | AFP - Miguel Medina

Décosse : "Je me sens hyper forte"

Publié le , modifié le

Lucie Décosse (-70 kg) a déclaré devant la presse qu'elle se sentait "hyper forte" après avoir remporté un troisième titre mondial, vendredi à Paris, un bel exploit qui lui donne un "avant-goût des Jeux" de Londres l'année prochaine, son ultime chance d'un titre suprême.

Qu'avez-vous ressenti juste après avoir gagné le dernier combat ?
C'était bizarre. Je ne savais plus si j'étais au tournoi de Paris ou aux Championnats du monde. J'ai eu un blanc. J'étais contente. Après j'ai réalisé que c'était les Championnats du monde que j'attendais, que je voulais gagner et que j'ai réussi à gagner. Ce matin, même si je gagnais, j'ai commencé à me poser des questions. Au deuxième combat, j'ai réalisé que si je n'avais pas pris un coup dans le nez, ça ne m'aurait pas fait un électrochoc et j'aurais peut-être baissé la tête. Je me suis dit qu'il fallait que j'arrête de réfléchir. Après je me suis dit qu'il fallait que je me transforme et que je me batte. Et ça a été."

Qu'est-ce qui vous a fait le plus plaisir durant cette journée ?
"Je suis contente parce que j'ai mis des ippons. 4 sur 5. C'est ce que j'aime faire. Je criais comme une maboule ! Ca, ça m'a fait plaisir. Je me sens hyper forte. Mais j'ai toujours ce stress avant comme si j'étais une petite. Quand je pose mes mains (sur l'adversaire), je me sens forte. Psychologiquement, j'ai l'impression de peser sur les filles. Elles me regardent dans le couloir. Alors moi j'en rajoute, style +hyper sereine+ alors que je suis en stress !"

Que vous inspire le fait de détenir trois titres mondiaux ?
"En fait, je ne réalise pas trop. J'avais tellement envie de gagner que je n'ai pas trop pensé au 3e titre. Je sais que c'est bien, je suis contente et je pense beaucoup aux Jeux parce que j'ai vraiment envie d'être championne olympique plus que d'avoir 3 titres mondiaux. Je crois que quand je vais arrêter le judo, je me dirais: "waouh t'étais une légende !". Là, je reste dans mon truc, je continue à travailler parce qu'il me reste encore un gros championnat dans ma vie. C'est super mais il ne faut pas trop que je m'enflamme. Je sais que ça va être très court jusqu'à Londres. Ca va arriver vite. Au niveau pression, ça va être comme ici où j'étais tendue. Ca me donne un avant-goût des JO."

AFP