Les judokates françaises sur le toit du monde

Les judokates françaises sur le toit du monde

Publié le , modifié le

La France a été sacrée championne du monde par équipes dames après avoir battu en finale la Mongolie 3 à 2, ce dimanche à Tcheliabinsk. Le Japon et l'Allemagne ont pris le bronze. Priscilla Gneto, Automne Pavia, Clarisse Agbegnenou, Margaux Pinot et Audrey Tcheuméo ont permis à la France de remporter le titre collectif qu'elle n'avait plus eu depuis 2011. Il s'agit de la 8e médaille française, la 3e en or après celles de Clarisse Agbegnenou et de Teddy Riner (+ 1 en argent et 4 en bronze). Le Japon a été sacré champion du monde de l'épreuve par équipe messieurs après avoir battu la Russie 3 à 2. Le Japon a terminé première nation à l'issue des épreuves individuelles samedi avec neuf médailles dont quatre en or.

La victoire a été apportée par Tcheuméo (-78 kg), dernière en lice alors  que le score était de 2 à 2 face à des Mongoles qui n'avaient jamais atteint  une finale de ce niveau. Tcheuméo, sous le regard du président russe Vladimir Poutine, n'aura mis  que 44 secondes pour infliger un ippon à Munkhtuya Battulga et s'envoler vers  la victoire finale, tirant la langue gentiment à tous les Bleus venus la  soutenir.

Les filles ont excellé lors de la compétition avec cinq médailles  individuelles, dont une en or, sur un total de sept. Agbegnenou (-63 kg), impressionnante, s'est offert son premier titre  individuel jeudi. Tcheuméo a pris l'argent vendredi et Pavia le bronze mercredi  (-57 kg). Emilie Andéol (+78 kg), médaillée de bronze la veille, n'a pas pris  part à la finale, mais a été alignée en demies. Trop légère, Amandine Buchard,  médaillée de bronze en moins de 48 kg, n'a pas été alignée sur l'épreuve par  équipes. Les garçons ont été éliminés dès le premier tour par le Brésil (3-2).

AFP

Championnats du Monde de Judo