Lucie Decosse
La joie et la rage de Lucie Décosse | AFP - Franck Fife

Decosse pour finir en beauté

Publié le , modifié le

Lucie Décosse veut clore sa carrière en individuel sur un quatrième et dernier titre mondial aux Championnats du monde à Rio la semaine prochaine (26 août-1er septembre), malgré une fin de préparation perturbée par un problème aux cervicales.

"Même si la préparation a été spéciale, j'y vais pour le titre, a déclaré à  des journalistes la championne olympique en titre et double championne du monde  des moins de 70 kg. Aujourd'hui, je pense que j'ai encore le niveau pour être  championne du monde. Entre Londres et Rio, il ne s'est pas non plus passé dix  années où j'ai perdu tout mon judo. Les filles seront très motivées, mais je  pense que j'ai le niveau pour aller jusqu'au bout". La championne de 32 ans doit toutefois composer avec une douleur aux  cervicales qui l'a empêchée de s'entraîner correctement ces dernières semaines. "J'ai arrêté il y a trois semaines. J'ai eu un problème aux cervicales, ça  a été un peu long pour retrouver la mobilité et pour ne plus avoir de douleur,  a-t-elle expliqué. J'espère reprendre un petit peu de judo cette semaine, mais  je vais attendre d'être au Brésil pour intensifier. Là je n'ai plus mal, mais  je préfère y aller doucement".

Si elle reconnaît avoir "paniqué" face à ses premiers soucis de santé, elle espère puiser la motivation dans la perspective de disputer les "cinq derniers combats de sa carrière" en individuel. "Psychologiquement, j'ai eu du mal à me situer sur les dernières semaines,  j'ai paniqué, je ne suis pas habituée à ça. Mais, sachant que ce sont mes derniers Mondiaux, je veux aller chercher au plus profond de moi pour m'en  sortir et être médaillée. Si je ne le suis pas, ce sera très dur",  explique-t-elle. "Ca me motive encore plus de me dire qu'il me reste peut-être cinq combats  à faire dans ma vie, ça me donne la motivation pour me dire "donne tout" à  chaque combat, parce que le soir du 30 août, ce sera fini, ma vie changera  complètement", ajoute-t-elle. La Guyanaise se dit heureuse de terminer sa carrière à Rio, où elle avait  déjà été médaillée en 2007 (en argent, chez les moins de 63 kg), près de chez  elle. Et aussi de savoir que dans cinq combats, au mieux, elle pourra enfin  "prendre du repos".

AFP