John McEnroe
John McEnroe en 1984 à Roland-Garros: l'Américain s'inclinera en cinq sets contre Ivan Lendl en finale | JOEL ROBINE / AFP

John McEnroe, à quelques points près

Publié le , modifié le

Connors, McEnroe, Edberg, Becker et Sampras ont tous occupé le premier rang mondial sans jamais parvenir à dompter Roland-Garros. Le New-Yorkais et le Suédois sont passés tout près, les trois autres n'ont jamais disputé la finale. Retour sur ces rendez-vous manqués avec l'histoire. Aujourd'hui, John McEnroe.

L'Américain n'a pas souvent brillé sur la terre battue parisienne, surtout si l'on compare ses résultats à ceux enregistrés à Wimbledon ou New York. Sur dix participations au French, le New Yorkais a ainsi perdu cinq fois avant les huitièmes de finale. Il a perdu deux fois en quarts de finale: en 1981 (contre Ivan Lendl) et en 1983 (José Higueras). Il s'est également incliné en demi-finales de l'édition 1985 (face à Mats Wilander). Sa dernière performance notable fût un huitième de finale homérique contre son vieux rival Ivan Lendl en 1988.

Lendl, le bourreau

Mais McEnroe restera surtout la victime malheureuse de l'une des finales les plus renversantes de l'histoire de Roland-Garros. En 1984, le gaucher au caractère bien trempé réalise une saison époustouflante, remportant notamment Wimbledon et l'US Open, concédant seulement trois défaites dans la saison en 85 matches (!). La finale sur la terre battue parisienne va en revanche lui être fatale alors qu'il prend le large au score d'entrée. Mais à deux manches à rien, il gâche deux balles de break quasiment synonymes de balles de match, et le Tchèque parvient à prendre le contrôle de la rencontre.

Le service-volée ne paye presque jamais sur terre

Poussé par un public tout acquis à sa cause (certains parce qu'ils détestent le "sale gosse" incarné par McEnroe, d'autres parce qu'ils souhaitent voir un match disputé), Lendl s'impose finalement 3-6, 2-6, 6-4, 7-5, 7-5. John McEnroe (25 ans) vient de passer à côté de son rêve de Grand Chelem. Malgré un talent offensif ne pouvant susciter que de l'admiration, le gaucher au toucher de velours ne parviendra jamais à inscrire son nom à consonance celte sur la fameuse Coupe des Mousquetaires.

Bilan à Roland: une finale, une demi-finale, 3 quarts de finale. Bilan en Grand Chelem: 7 titres, 4 finales