John Lelangue
John Lelangue | DR

John Lelangue : "BMC a bien préparé ce contre-la-montre"

Publié le , modifié le

Le manageur de la formation BMC nous a livré son sentiment sur cette Grande Boucle 2013 dont le parcours l’inspire. Il mise sur Cadel Evans, vainqueur en 2011, et Tejay Van Garderen, pour assurer au classement général. Il se réjouit également du chrono par équipes d’aujourd’hui à Nice, que ses coureurs ont minutieusement préparé.

John Lelangue, quelles sont les ambitions de l’équipe BMC sur ce Tour ?
John Lelangue:
"On considère le Tour comme une succession de 21 jours de course. En fait, 21 classiques d’un jour. Le Tour peut évoluer et toutes les étapes sont importantes. Certaines sont bien sûr plus critiques en ce qui concerne le profil ou les conditions de course, comme ce week-end en Corse, mais toutes sont importantes donc on a essayé d’y prêter attention de façon quotidienne. Ca ne sert à rien de se faire trop de plan sur la comète en pensant à la troisième semaine, la montagne, les contre-la-montre".

Dans quel état de forme sont les cadres de l’équipe ?
JL:
"On sait qu’on a un leader, Cadel Evans, qui a déjà gagné le Tour. Il a autour de lui une équipe expérimentée. Il y a notamment six coureurs à ses côtés qui étaient en 2011 lors de sa victoire. Se rajoute à cela un homme important pour la montagne, Tejay Van Garderen. Sans oublier le champion du monde Philippe Gilbert. Tous sont en bonne santé donc il se dégage une grande confiance de l’équipe".

Le contre-la-montre par équipes de ce mardi à Nice, comment l’avez-vous préparé ?
JL:
"On l’a préparé minutieusement. On a fait nos tests. On a fait des journées spécifiques là-dessus avec le groupe étendu, puis on a eu l’occasion de faire une répétition générale lors de différentes courses tout au long de la saison. Même si c’est vrai qu’on est rôdés, il faut le préparer. Bien entendu, on n’a pas pu le préparer sur place puisque c’est compliqué de faire des essais sur la promenade des Anglais en temps normal, mais on a quasiment refait le même parcours dans d’autres conditions de course, avec le même groupe de coureurs. C’est toujours un exercice très très beau à voir, toujours très nerveux. Le moindre petit détail peut faire capoter toute la machine. Mais on sait qu’on a un groupe capable de faire ce genre d’exercice. On peut y aller en confiance".

Avec ce parcours 2013, il risque d’y avoir une troisième semaine très difficile. Comment avez-vous prévu de gérer cela ?
JL:
"Sur le Tour, on sait qu’il faut être bien en troisième semaine quoiqu’il arrive. Il y a toujours des moments critiques et la récupération est toujours très importante. En plus, du point de vue des profils proposés par ASO, ce sera la plus belle semaine avec les étapes de montagne, le chrono final Embrun-Chorges. Tout va se jouer là et il y aura forcément pas mal de choses à faire. Maintenant, il faut déjà y arriver et donc rester concentré (sourire)".

Vidéo: les BMC en pleine action

Voir la video