Tour de France Laurent Jalabert ftv
Laurent Jalabert | Isabelle Trancoën

Jalabert: "Vino a attaqué au bon moment"

Publié le , modifié le

Laurent Jalabert, notre consultant, revient sur la 13e étape entre Rodez et Revel.

Nous avons assisté à la dernière étape de transition entre les Alpes et les Pyrénées et c'était la dernière occasion pour les baroudeurs de pouvoir s'exprimer. C'est ce qu'à réalisé Alexandre Vinokourov en s'extirpant du peloton dans la montée de Saint-Férréol. Il a déjoué les plans de sprinters alors qu'auparavant une échappée, qui avait fière allure, a animé toute l'étape. Fédrigo, Chavanel et Flecha, trois gros puncheurs du peloton, sont partis dès le kilomètre 4 pour déjouer les plans des sprinters.

Hélas, Cavendish est toujours dans le peloton et a toujours des jambes de feu et il avait envie de s'imposer lors de cette étape. Il sera finalement battu. Mais il confirme que c'est bien lui l'homme le plus rapide de ce tour malgré les doutes que l'on pouvaient avoir sur lui en début de course. Il remporte ainsi le sprint du peloton derrière celui qui a réussi le grand numéro du jour, c'est-à-dire Alexandre Vinokourov. Cela fait bien longtemps que l'on n'avait pas vu partir un coureur dansles dix derniers kilomètres et aller jusqu'au bout en résistant aupeloton. Une belle performance au lendemain de l'échappée qu'il avaitfait la veille. Vino a attaqué au moment où cela fait le plus mal à unkilomètre du sommet. Au moment où tout le monde a envie de respirer ungrand coup...

Au niveau des grimpeurs, il n'y a pas eu de changement, le maillot de Charteau n'a pas souffert des échappées. Chavanel et Fédrigo ont été les Français du jour. Ils ont tenté leur chance avec beaucoup de courage. Ils ne se sont jamais découragés. Dimanche, c'est la première étape pyrénéenne avec un duel au sommet entre Schleck et Contador pour la victoire finale. Au menu de cette étape, le col de pailhères, qui a toujours été depuis qu'il est escaladé sur le Tour un col très difficile à négocier.

Gilles Gaillard