Tour de France Laurent Jalabert ftv
Laurent Jalabert | Isabelle Trancoën

Jalabert: "Pour moi, il n'y a pas de polémique"

Publié le , modifié le

Laurent Jalabert, notre consultant, revient sur la 15e étape, entre Pamiers et Bagnères-de-Luchon.

"C’était la deuxième étape pyrénéenne sur ce Tour. Thomas Voeckler s’est illustré sur cette étape. Il conclut une journée magnifique avec le maillot de champion de France sur les épaules. C’est le deuxième français en deux jours qui arrive en solitaire sur la ligne d’arrivée. C’est tout un symbole.

On attendait un duel au sommet entre Contador et Schleck, mais on a eu un duel pas comme on l’espérait. Ce n’a pas été un duel physique, mais plutôt un duel mécanique qui entraine une polémique. Schleck, en attaquant, a eu un saut de chaîne et Contador a profité de la situation. De mon point de vue, il n’y a pas de polémique. C’est un incident de course.

Et Contador a tout simplement continué sa route. Il est aussi difficile de savoir dans le bruit, qu’il y à ce moment là, ce qu’il se passe exactement. Les coureurs n’ont pas la même vision que nous. A l’antenne, on a une vision beaucoup plus large. Contador a poursuivi son effort jusqu’au bout. Au sommet, Schleck est à 25 secondes. L’Espagnol n’allait pas s’arrêter. Maintenant, la tâche est d’autant plus compliquée pour le Luxembourgeois qui doit au moins reprendre 1’45 d’avance sur son adversaire avant le chrono. Il faudra qu’il prenne encore plus de risques. La course va être encore plus intéressante.

En revanche, c'est honteux de siffler Contador. Il a été applaudi par les Espagnols mais il y a eu des huées et ce n'est pas normal du tout. Il n'y a pas lieu à polémiquer, encore moins de remonter le public contre des coureurs. .

Pour le reste, le maillot de meilleur grimpeur ne change pas d’épaule. Anthony Charteau a passé une journée tranquille. Aucun des coureurs à l’avant n’est plus dangereux pour lui. L’horizon se dégage… Encore une fois, les Français ont été brillants sur l’étape. Mondory, Turgot et Voeckler étaient dans la bonne échappée. Et Voeckler a brillamment conclu.

Mardi, on aura des coureurs remontés. Puisque, certains sont restés sur leur faim. Schleck s’est peut-être aperçu également que Contador était prenable en montagne et qu’il n’était pas aussi bien que cela. Au final, Contador aura peut-être le mot de la fin, mais il n’aura en aucun cas pesé sur la course avec autorité comme il l’avait fait l’an passé".

Gilles Gaillard