Etape 7 : Mark Cavendish explose de joie
Cavendish encore vainqueur | LIONEL BONAVENTURE / AFP

Imbattable Cavendish !

Publié le , modifié le

Mark Cavendish a remporté au sprint sa deuxième victoire sur le Tour de France 2011 lors de la 7e étape entre Le Mans et Châteauroux. Encore une fois impeccablement lancé par ses coéquipiers de la HTC, le Britannique a devancé Petacchi, Greipel et Feillu. Tom Boonen et Bradley Wiggins ont abandonné.

L'homme de l'Ile de Man a gagné au Mans, logique. Grand favori de cette septième étape, Mark Cavendish a justifié les pronostics en faisant une nouvelle fois parler son incroyable explosivité dans les derniers mètres. C'est simple, quand il est lancé ainsi par le train de la HTC, le Britannique est tout simplement imbattable. Alessandro Petacchi, Andre Greipel et Romain Feillu ont bien tenté de braver l'inexorable mais ils doivent encore une fois se contenter des accessits. Cavendish (qui avait remporté sa première victoire sur le Tour en 2008... à Châteauroux déjà!) signe quant à lui sa 17e victoire d'étape sur la Grande Boucle, à seulement 26 ans, se permettant de dépasser au palmarès deux légendes comme Maertens et Anquetil. Excusez du peu.

Si le succès de Cavendish n'a étonné personne, cette 7e étape aura tout de même réservé son lot de surprises. Et pas que des bonnes. Le Britannique Bradley Wiggins, victime d'une grosse chute collective à 38 kilomètres de l'arrivée, a en effet été contraint à l'abandon tout comme le Français Rémi Pauriol. Le Belge Tom Boonen avait renoncé auparavant, dans la première moitié de parcours.

Dès la sortie du Mans, au 1er kilomètre, le Français Yannick Talabardon a lancé l'échappée du jour en compagnie de son compatriote Mickaël Delage, du Belge Gianni Meersman, et de l'Espagnol Pablo Urtasun. Le quatuor a très vite creusé l'écart sur un peloton passif (5 min au Km 10) pour s'assurer un avantage maximal de 7 min 45 sec bien avant la mi-course (Km 79). Boonen, l'une des victimes des chutes de la 5e étape, a fini par abandonner. L'épaule droite endommagée, le champion du monde 2005, vainqueur de six étapes du Tour (et maillot vert en 2007), est monté dans la voiture de son directeur sportif au 90e kilomètre. Wiggins, touché à une épaule (probable fracture de la clavicule), a quitté le Tour en ambulance tout comme Pauriol. 

RadioShack est maudite

Le Britannique, vainqueur du dernier Dauphiné, occupait la 6e place du classement général au départ de l'étape et visait une place en bon rang à Paris (4e en 2009). L'équipe RadioShack a été elle aussi touchée dans cette chute qui a retardé quelque 80 coureurs au moment de l'accident. L'Américain Levi Leipheimer, retardé jeudi par une chute, est de nouveau tombé et son compatriote Chris Horner s'est retrouvé lui aussi au sol. Des quatre leaders de la formation américaine, qui a perdu mercredi le Slovène Janez Brajkovic, il ne reste plus en bonne position que l'Allemand Andreas Klöden (5e à 10 sec de Hushovd). Leipheimer, vainqueur du Tour de Suisse le mois dernier, a perdu plus de trois minutes. A l'avant, les échappés ont géré leur avantage (2 min 10 sec à 35 km de l'arrivée) mais ont été rejoints à 13 kilomètres de la ligne par le premier peloton. Dès lors, plus rien ne pouvait faire dérailler le train de la HTC de Mark Cavendish...

Voir la video

Julien Lamotte