l'Acropole à Athènes
La statue d'un athlète devant l'Acropole à Athènes. | AFP / FAYEZ NURELDINE

Il était une fois l'athlétisme (3)

Publié le , modifié le

L'athlétisme est le plus ancien de tous les sports. Le plus noble aussi car il constitue l'expression de l'homme dans l'éventail complet de ses possibilités physiques: la vitesse, la résistance, l'endurance, la détente, la force. Mais aussi parce qu'il exige toutes les qualités morales ayant trait à la générosité, la volonté et le dépassement de soi dans la lutte. D'ailleurs, le mot athlétisme est dérivé du terme grec athos qui signifie combat.

Selon des textes précieusement gardés au Trinity College de Dublin, l'Irlande aurait également joué un rôle important dans le développement de l'athlétisme à ses origines.

Le livre de Leinster (1160) évoque des épreuves organisées dans le Comté de Meath. Quant à l'Ecosse, elle organisa très tôt, sous forme de compétition, des lancers de troncs de mélèzes, ancêtres des lancers d'aujourd'hui.   

Les Romains ont également très tôt organisé des compétitions. La pratique de l'athlétisme, relativement liée aux métiers des armes et des protections, se généralisa aussi au Moyen-Âge, et perdura longtemps. Ne dit-on pas que que Louis XIV en personne fut le starter d'une course pédestre en 1678 à Saint-Germain en Laye !   Il fallut pourtant attendre deux siècles pour voir la première réunion d'athlétisme en France: c'était en 1867 à Boulogne-sur-mer, sous de fortes influences britanniques. C'est en effet aux collèges et universités anglaises que l'on doit la réapparition et le développement de l'athlétisme moderne.
Au XVIIIe siècle au Royaume-Uni, des valets étaient recrutés avant tout pour leur valeur pédestre. Mais les collégiens anglais se prirent aussi pour ce qu'on appelaient des footmen en organisant la 1re course à pied, en 1837, dans le fameux collège de Rugby devenu célèbre depuis peu pour une autre invention plus ovale: Ces courses à pied appelées crick run connurent immédiatement le succès. Les universités leur emboîtèrent le pas: Cambridge puis Oxford. Et bientôt la contagion gagna l'Amérique du nord et toute l'Europe. 

A suivre

Christian Grégoire