Thor Hushovd
Thor Hushovd | AFP - LIONEL BONAVENTURE

Hushovd surprend les grimpeurs

Publié le , modifié le

Thor Hushovd (Garmin) a encore privé le cyclisme tricolore d'une victoire d'étape dans ce Tour 2011 en devançant, entre Pau et Lourdes, les Français David Moncoutié et Jérémy Roy, ce denier auteur une nouvelle fois d'une magnifique échappée et récompensé par le maillot à pois du meilleur grimpeur. Thomas Voeckler, lui, a passé une journée tranquille en jaune.

Le peloton, avec les favoris, a franchi la ligne avec un retard supérieur à sept minutes et demie. Hushovd, 33 ans, a signé son neuvième succès personnel dans le Tour. Il est le premier champion du monde vainqueur d'étape depuis l'Espagnol Oscar Freire en 2002. Roy, seul en tête depuis la seconde moitié de l'ascension du col d'Aubisque, a été rejoint et débordé par Hushovd à 2,3 kilomètres de l'arrivée, dans cette étape de 152,5 kilomètres. Après un début d'étape très animé (49,1 km dans la première heure), l'échappée décisive a pris corps à l'initiative de Roy. Le Français a emmené avec lui un petit groupe (Hushovd, Moncoutié, Pineau, Bak, Petacchi, Gusev, Boasson Hagen, Fofonov, Tjallingii) qui s'est présenté au pied de l'Aubisque avec 5 min 45 sec d'avance sur le peloton.

Une descente vertigineuse

Hushovd a pris les devants dans l'Aubisque, la seule ascension hors catégorie du jour. Le Norvégien a été dépassé par Roy à mi-pente. Il a basculé au sommet, à 42,5 kilomètres de l'arrivée, à plus de deux minutes du coureur français mais a effectué ensuite une descente vertigineuse. Hushovd a rejoint Moncoutié pour se rapprocher de l'homme de tête. Il a reçu le concours de son compagnon jusqu'à l'approche de Lourdes avant que le Français se réserve. Mais Moncoutié, en se plaçant en tête, s'est exposé à un contre de Hushovd qui l'a déposé dans la dernière petite côte pour fondre sur l'homme de tête et s'en aller vers la victoire.

Roy, déjà à l'avant la veille au sommet du Tourmalet, a endossé le maillot à pois de meilleur grimpeur, sans que cette prise le console. "Je passe à deux doigts de la victoire d'étape", a déclaré le Tourangeau (28 ans), qui n'a encore jamais gagné sur le Tour. "La déception est trop grande, je vais avoir du mal à digérer. Le retour dans la vallée, vent de face... Qu'il manque peu ou beaucoup, c'est la gagne qui compte".

Voir la video

AFP