Steve Hooker
Grosse déception pour l'Australien Steve Hooker incapable de passer une barre lors des qualifs de la perche | AFP - Peter Parks

Hooker passe à côté, Lavillenie et Mesnil en finale

Publié le , modifié le

Dans un stade bien dégarni, le tenant du titre australien Steve Hooker a été éliminé dès les qualifications de l'épreuve de la perche aux Mondiaux de Daegu, échouant à trois reprises à 5,50 m. Une élimination qui laisse un peu plus le champ libre au Français Renaud Lavillenie, favori pour le titre, qui lui s’est qualifié sans trembler pour la finale en compagnie de Romain Mesnil. En revanche, c’est terminé pour le 3e tricolore Jérôme Clavier.

Hooker, champion olympique 2008 à Pékin et du monde 2009 à Berlin, ne sera donc pas en finale lundi du concours de la perche. Blessé pendant de longs mois au genou la saison dernière, il n'avait ainsi pu participer à aucune compétition entre octobre 2010 et juillet 2011 et une grosse incertitude entourait donc son niveau de forme.

Le champion australien était pourtant un coutumier des performances remarquées. Hooker avait ainsi remporté le titre mondial il y a deux ans à Berlin en effaçant une barre à 5,90 m, sur son seul essai réussi du concours, pour deux sauts en tout et pour tout. Il était l'un des principaux espoirs de médailles de l'Australie.

Soulagement pour Lavillenie, Déception pour Clavier

Du côté de Renaud Lavillenie, champion d’Europe en titre, tout s’est bien passé. "Je suis content de ne pas avoir été piégé. Un concours de perche c’est toujours aléatoire. C’est un soulagement, je vais pouvoir me préparer pour la finale qui est mon objectif de la saison", a-t-il déclaré sourire aux lèvres. Il sera en finale avec Romain Mesnil qui lui aussi n’a pas manqué son rendez-vous matinal. "L’important est de se faire plaisir. Je suis là aussi pour gagner mais le favori c’est Renaud", a-t-il lancé.

Une joie un peu plombée par l’élimination du troisième représentant tricolore en la présence de Jérôme Clavier. Après avoir franchi 5,50 m à son deuxième essai, il a échoué à trois reprises à 5,65 m. Septième des Jeux Olympiques de Pekin, le Tourangeau a manqué cette fois de repères. "Je suis très déçu. J'ai eu une préparation très écourtée cette saison, mais je n'ai pas d'excuse. Maintenant, il s'agit de me préparer pour l'année prochaine et les Jeux", espère-t-il.

Gilles Gaillard