Jaromir Jagr
Le hockeyeur tchèque Jaromir Jagr raccroche les patins | AFP - ALEXANDER NEMENOV

Jagr prend sa retraite

Publié le , modifié le

Jaromir Jagr, la légende du hockey-sur-glace tchèque, a annoncé sa retraite internationale après la défaite de la République Tchèque face à la Suède (3-0) dans la "petite finale" des championnats du monde à Minsk. Le champion olympique à Nagano (1998) quitte donc la scène internationale sans une dernière médaille.

Jaromir Jagr l'avait annoncé avant la demi-finale face à la Finlande, il lui restait deux matches. "J'ai une excellente nouvelle pour tous mes critiques: encore deux matches  et ils ne me reverront plus", a écrit le 22 mai le mythique ailier droit. Malgré la défaite, il a tenu parole. "Comme je l'avais déjà dit, il s'agissait de l'ultime chance (de remporter  une médaille). C'est raté, dommage", a indiqué l'ailier droit des Devils du New  Jersey (LNH), à l'antenne de la télévision tchèque CT4. "Je suis fatigué, j'ai fait mon maximum. Je ne suis pas triste, la vie  continue", a-t-il ensuite confié dans la zone mixte à la presse écrite de son  pays. Cette fois, ça semble être la bonne puisque il avait déjà annoncé sa retraite internationale après les JO 2006 (Turin), avant de revenir sur sa décision trois ans plus tard.

Outre la première place aux JO-1998, Jagr a également remporté le  Championnat du monde en 2005 à Vienne et en 2010 en Allemagne, étant ainsi  devenu l'un des rares joueurs à avoir réussi un triplé incluant les victoires  aux jeux Olympiques, au Championnat du monde et en Coupe Stanley (1991 et 1992  avec les Penguins de Pittsburgh). Formé par le club tchèque de Kladno, Jagr a outre Pittsburgh et New Jersey  évolué aussi à Washington Capitals, New York Rangers, Philadelphia Flyers,  Dallas Stars et Boston Bruins en LNH, et à Avangard Omsk en Championnat de  Russie.

francetv sport @francetvsport