Ryder Hesjedal (Garmin)
Ryder Hesjedal (Garmin) | LUK BENIES / AFP

Hesjedal, la guigne de Garmin

Publié le , modifié le

La série noire continue pour l'équipe Garmin. Déjà peu épargnée depuis le départ du Tour, la formation américaine a cette fois perdu ses deux leaders Tom Danielson, mais surtout Ryder Hesjedal, l'un des grands outsiders de cette Grande Boucle. Vainqueur du dernier Giro, le Canadien, pris dans l'énorme chute de la 6e étape, n'a pas pu prendre le départ ce matin.

Quand ça ne veut pas, ça ne veut pas. Ce Tour 2012 ne sera pas celui de Garmin. Depuis le départ à Liège, le team US connait une série de chutes sans précédent, chaque étape ou presque apportant son lot de blessés à l'infirmerie américaine. La sixième, à l'approche de Metz, aura porté le coup le plus fatal. Tom Danielson n'a pu rallier l'arrivée et le Belge Johan Vansummerren, vainqueur de Paris-Roubaix l'an passé, a été lui aussi sévèrement touché. Et last but not least, Ryder Hesjedal, lui aussi pris dans le chaos, a rallié l'arrivée avec près de 13 minutes de retard.

Le Canadien, qui figurait parmi les candidats à la victoire finale après sa victoire au Tour d'Italie, avait déjà abdiqué toute ambition pour le classement général après cette chute. Il a jugé bon de ne pas aller plus loin, ses blessures à la hanche et à la jambe gauche ne lui permettant pas de prendre le départ de la 7e étape. "Il est touché sur l'articulation à l'avant de  la hanche et c'est tellement gonflé qu'il ne peut pas plier la jambe", a  détaillé Vaughters, le manageur de l'équipe US, avant le départ. Le coup est dur pour Garmin qui comptait bien faire oublier les déboires de ses sprinteurs, Hunter et Farrar, eux aussi victimes de chutes à Rouen et Saint-Quentin. Le Sud-Africain a d'ailleurs été tellement touché que, lui aussi, a dû se résoudre à l'abandon. Désormais privé de son chef de file, Garmin risque de trouver le temps long jusqu'à Paris. Très long.

Julien Lamotte