Hénique 2011
Mélanie Hénique coiffée du bonnet de Jérémy Stravius | AFP - FRANCOIS XAVIER MARIT

Henique et Bernard bel et bien bronzés

Publié le , modifié le

Dans leurs lignes d'eau excentrées, les nageurs français ont déjoué les pronostics pour ajouter deux médailles à la belle moisson française (9 médailles). Mélanie Henique, déjà médaille de bronze au championnat d'Europe l'an dernier, a terminé à la troisième place de la finale du 50 m papillon en 25"86. En habitué des podiums, Alain Bernard a terminé troisième de la finale du 50 mètres nage libre en 21"92 pour un centième d'avance sur le quatrième Nathan Adrian.

Henique la belle surprise

Mélanie Henique, c'est aussi l'illustration d'une équipe de France ambitieuse, qui ne doute de rien. A l'arrivée, son premier réflexe a été de saluer le clan français de ses grandes mains aux ongles bleu-blanc-rouge. "Je n'y crois pas. J'avais pour objectif d'établir un record de France et un podium, mais ça me paraissait tellement inaccessible", a déclaré la nageuse française juste avant d'aller chercher sa première médaille mondiale, "C'est un jour de fou.  J'y croyais à cette médaille. Et Michel aussi (Chrétien, son entraîneur). C'est  vraiment un jour merveilleux". Coiffé du bonnet de bain de son compagnon d'entraînement Jérémy Stravius, Mélanie Henique a montré une force mentale étonnante en améliorant ses temps à chaque course. La médaille de bronze au championnat d'Europe l'an dernier a terminé à la troisième place de la finale du 50 m papillon du championnat du monde en 25"86. La quatrième est seulement à... un centième. La jeune nageuse d'Amiens, âgée de 18 ans, a battu le record de France en 25 sec 86. C'est la huitième médaille française. La néerlandaise Inge Dekker remporte la course en 25"71. La 2e place est revenue à la Suédoise Therese Alshammar en 25"76. 

En série, en demi-finales et en finale, elle a nagé coiffée du bonnet de bain de Jérémy Stravius, champion du monde du 100 m dos et surtout son compère d'entraînement au pôle d'Amiens. Une superstition ? "J'ai pris l'habitude de nager avec deux bonnets", explique-t-elle. "Mon premier a craqué aux championnats de France. Donc j'ai dit à Jérémy: 'Puisque tu as été champion du monde, il peut bien me porter chance'. Je ne sais pas si c'est grâce à ça, mais psychologiquement, ça en fait partie. Je vais lui demander qu'il me le donne ce bonnet." Henique, qui devra passer sur 100 m papillon en vue des Jeux de Londres puisque le 50 m n'est pas discipline olympique, vit une année faste, un mois après avoir obtenu son baccalauréat ES au rattrapage."Je pensais l'avoir en deux ans. Je n'avais révisé que trois matières tandis que dans l'eau on travaille tous les jours", dit-elle, un sourire collé au visage.

Et déjà, comme s'il lui tardait de repartir à l'entraînement, elle évoque spontanément l'année à venir et les Jeux de Londres. "Je m'attaque au 100 m l'an prochain. Les études bouclées, le 50 m bouclé. Je vais bosser à fond pour le 100 m et c'est possible. En partant comme ça (sur 50m), y a plus que le retour à travailler. Enfin 'plus que'..."

Le texto à Bernard

Alain Bernard, médaillé de bronze sur 50 m nage libre dans la course suivante, raconte le toupet de la petite Picarde. "Mélanie m'a envoyé un texto cet après-midi en quittant l'hôtel. Elle m'a dit: 'Allez, on est sur les extérieurs, je fais la surprise sur 50m pap' et t'as qu'à faire comme moi.' Je l'ai vue en chambre d'appel et je me suis dit: 'Elle est folle, va falloir faire pareil'." Une source de motivation supplémentaire pour un nageur habitué des finales européennes, mondiales et olympiques.

"C'est beaucoup d'émotions. C'était très ouvert, j'y ai cru. Je suis super  content. Pour moi c'est une récompense par rapport à cette année où il y a eu  beaucoup de doutes et de remise en question et beaucoup de travail aussi. Là  j'ai l'impression d'avoir validé quelque chose en moins de 22 secondes. C'est  très important pour le moral", a dit Bernard, triple médaillé aux JO 2008. Pas à la fête lors des sélections nationales (non qualifié en individuel sur 100m), pas en vue lors de la finale du relais 4x100 (5e), Alain Bernard a pris une belle revanche personnelle en s'adjugeant la troisième place de la finale du 50 mètres nage libre en 21"92 pour un centième d'avance sur le quatrième Nathan Adrian. Il rate l'argent gagné par l'Italien Luca Dotto (21"90) pour deux centièmes, le titre revenant au Brésilien Cesar Cielo en 21"52. Déjà médaillé sur la distance au Jeux Olympique de Pékin (troisième), le champion olympique a réussi son départ, habituel point faible, pour tenir son rang. Une belle médaille pour un nageur qui a réduit et modifié son entraînement en vue des JO de Londres, son véritable objectif. 

Castel trop juste

La dernière française engagée dans une finale n'a pas eu la même réussite. Alexianne Castel a pris la 8e et dernière place en 2 min 09 sec 07/100e de la finale du 200 m dos remportée par l'Américaine Melissa Franklin en s'imposant en 2 min 05 sec 10/100e. Une bonne performance malgré tout pour une nageuse qui n'avait plus concouru en grand bassin depuis un an.

Lacourt podium en vue

Le Français Camille Lacourt s'est qualifié samedi pour la finale du 50 m dos. Déjà titré sur le 100 m dos en compagnie de son compatriote Jérémy Stravius, Camille Lacourt a signé le deuxième temps des demi-finales en nageant en 24"85, en s'économisant sur la fin et en ratant son départ. "Tout se passe bien. Il y a le  premier 25 m qui est moyen donc il va falloir faire un meilleur départ demain  (dimanche)", concède-t-il. Bref,  pour peu qu'il ne rate pas son départ, Lacourt, champion d'Europe en 2010  et meilleur performeur mondial de la saison (24.36), semble disposer d'une  marge sur tous ses adversaires. Ces demi-finales ont été dominées par le Britannique Liam Tancock, qui a nagé en 24"62.

Mathieu Baratas