Le pivot du Montenegro Ana Dokic transperce la défense serbe
Le pivot du Montenegro Ana Dokic transperce la défense serbe | AFP - Javier Soriano

Un duel Norvège - Monténégro en finale de l'Euro

Publié le , modifié le

Le Monténégro a réussi à conserver son calme dans une ambiance enflammée pour vaincre la Serbie (27-26) et se qualifier pour la première finale de son histoire dans un Euro dames de hand, samedi à Belgrade. Le Monténégro retrouvera dimanche (17H00) la Norvège, qui avait auparavant écrasé la Hongrie (30-19), dans une revanche de la finale des JO remportée par les Scandinaves.

Le public serbe n'a pas été suffisant

Ce sont donc les Monténégrines, qui dans cet Euro n'ont perdu qu'un match, sans enjeu, contre l'Allemagne (20-27), qui ont fini par faire prévaloir un jeu plus complet, face à des Serbes extrêmement vaillantes. Sûres de leur force, les Monténégrines ont pris le meilleur départ, avec un jeu très cohérent offensivement (9-5, 17e). Mais l'entrée en jeu de la gardienne remplaçante serbe Jovana Risovic a inversé la tendance. Ses cinq arrêts en 14 minutes ont permis à la Serbie, très efficace aux tirs, de passer devant à la pause (14-13). Mais les vice-championnes olympiques ne se sont jamais affolées. Elles ont rapidement repris les commandes du match, puis ont pu compter dans les moments chauds sur le génie de la demi-centre Milena Knezevic (8 buts) et le bras surpuissant de l'arrière droite Katarina Bulatovic (6 buts).

La Norvège ne fait pas de sentiment

Un peu plus tôt, la Norvège s'est elle à l'opposé qualifiée pour la sixième fois de suite pour la finale d'un Euro dames grâce à sa victoire sans discussion sur la Hongrie (30-19). Quadruples tenantes du titre, les Norvégiennes restent plus impressionnantes que jamais, malgré une équipe assez largement renouvelée depuis deux ans. Elles n'ont connu qu'un revers dans cet Euro, face au Danemark (33-35) lors de la dernière journée du tour principal, sans signification aucune puisqu'elles étaient déjà qualifiées. Les Scandinaves se sont détachées en fin de première période, en infligeant un 6-0 en 9 minutes aux Hongroises pour mener 16-10 (30e). Une défense plus agressive, plusieurs arrêts de Katrine Lunde Haraldsen (12 au total) et l'entrée en jeu d'Anja Edin ont fait la différence.

Gilles Gaillard