France - Norvège
Narcisse pris en défense par le Norvégien Joakim | MAXPPP - FREDRIK VARFJELL

Troisième défaite de la France en Golden League

Publié le , modifié le

L'équipe de France a fini la Golden league avec un troisième revers, contre la Norvège (32-29), à Oslo. Privés des frères Karabatic, de Porte, d'Accambray ou encore de Kevynn Nyokas, les hommes de Claude Onesta ont été dominés, dans ce tournoi amical, par le Danemark (23-22), par l'Islande (25-23) et donc par les Norvégiens. Trois défaites de rang, cela ne leur était plus arrivé depuis l'Euro-2004.

"En venant ici avec une équipe expérimentale, nous savions que ce serait  compliqué, même si on ne pensait pas perdre les trois matches, a réagi  l'entraîneur Claude Onesta en faisant le bilan. Nous sommes déçus, mais cette  semaine est pleine d'indications. On a vu des joueurs courageux, qui n'ont pas  lâché et se sont bagarrés." Si les Bleus, détenteurs de tous les titres majeurs (Mondial, Euro, JO),  restaient sur une série de vingt matches sans défaite avant le début de ce  tournoi amical, leur invincibilité a pris fin de façon brutale.

D'abord contre le Danemark jeudi (22-23), puis contre les Islandais samedi  (23-25), et encore enfin contre la Norvège, pourtant l'adversaire présumé le  moins relevé des trois, ponctuant le tournoi avec le bilan inquiétant de trois  défaites en trois matches. "Cette équipe de France là n'était pas capable de rivaliser avec nos trois  adversaires, pratiquement tous au complet", a expliqué Claude Onesta. Avec la cascade de forfaits subie avant le tournoi, dont ceux des frères  Karabatic, blessés, le sélectionneur a certes dû aligner une équipe amoindrie,  mais elle a semblé incapable de se révolter dans ce dernier match.

Une course après le score

Malgré l'inusable Jérôme Fernandez, meilleur buteur de l'histoire sous le  maillot bleu et auteur de quatre buts en sept tirs en première période, les  Experts ont rejoint les vestiaires en étant mené de deux buts (17-15). Moins convaincante en défense que lors de ses deux premières sorties,  l'équipe de France a même accusé un retard de six longueurs face des Norvégiens  plus adroits aux tirs. Sans Xavier Barachet et Timothey N'Guessan, contraints de sortir sur  blessure, les hommes de Claude Onesta n'ont cessé de courir derrière le score  en seconde période. Entré en jeu à la place de Vincent Gérard dans les buts, Thiery Omeyer n'a  pas pu contenir les tirs du jeune demi-centre Sander Sagosen, intenable et  auteur de sept buts.

Tenants du titre, les Bleus auront l'occasion de sauver l'honneur à  domicile, et faire oublier le contenu inquiétant proposé en Norvège, lors de la  deuxième étape de la Golden League, qui se déroulera en France à partir du 7  janvier 2016.

AFP