Ballon de handball
Tests de grossesse illégaux: le club de Nantes nie | MaxPPP

Tests de grossesse illégaux à Nantes : le président du club réfute les accusations du syndicat des joueurs

Publié le , modifié le

Accusé par le syndicat des joueuses et des joueurs de handball d'avoir pratiqué illégalement des tests de grossesse, le club de Nantes, par l'intermédiaire de son président Arnaud Ponroy, a réfuté ces accusations.

"Ces tests ont bien entendu été faits avec l'aval des joueuses", assure Arnaud Ponroy à nos confrères de L'Equipe. "C'est complètement débile et malhonnête de la part du syndicat des joueuses, un procès d'intention complètement stupide", a-t-il affirmé. "Notre médecin (le docteur Thibaut Berlivet) est le référent maternité et sport de haut niveau pour les Pays de la Loire, c'est un sujet qui lui tient vachement à coeur", a souligné le responsable du club au quotidien sportif. "Il considère qu'il doit savoir si la sportive de haut niveau qu'il a en face est enceinte ou pas. Un, pour éventuellement aménager la charge de travail et deux, pour adapter d'éventuelles médications. Le médecin fait son boulot et essaie de bien le faire."

"Est-ce que les joueuses sont suffisamment informées ?"

Toute la question est désormais de savoir si les joueuses étaient au courant de ces tests de grossesse pratiqués au cours de l'été 2019 (avant le début de la saison). "Ces tests ont bien entendu été faits avec l'aval des joueuses", indique Arnaud Ponroy, avant de nuancer : "Est-ce que les joueuses sont suffisamment informées, est-ce que des étrangères n'ont pas bien compris, est-ce que les Françaises sont suffisamment sensibles à ce qu'on leur dit..." De ce point de vue, la législation est très stricte. Ces test sont illégaux s'ils n'ont été précisés qu'à l'oral aux joueuses. Selon le président et médecin du club de handball féminin de Metz, Thierry Weizman, "une prescription écrite" est obligatoire pour ce genre de tests.

à voir aussi Tests de grossesse illégaux : le club de Nantes visé, la Ligue va réagir Tests de grossesse illégaux : le club de Nantes visé, la Ligue va réagir

Du côté des joueuses, où l'on compte dans l'effectif des internationales françaises comme Camille Ayglon-Saurina, Catherine Gabriel et Blandine Dancette, se mêlent à la fois la prudence et la stupéfaction. "On l'a appris 4 mois après le début de saison", indique une joueuse sous couvert d'anonymat. "Cela a suscité la colère  de certaines filles. Mais on n'imaginait pas l'ampleur que cela prendrait. C'est une pratique interdite, cela m'embête pour le médecin. C'est vraiment un top médecin. Il ne peut pas être considéré comme le fautif", confie cette joueuse à nos confrères de France 3 Pays de Loire.

Alors que la Ligue de handball féminin doit sortir un communiqué sur cette affaire dans les prochaines heures, le club de Nantes a prévu une conférence de presse à 15h00 cet après-midi avec le président et le médecin du club.

à voir aussi Tests de grossesse illégaux - Nodjialem Myaro (Présidente de la LFH) : "On est face à des versions contradictoires" Tests de grossesse illégaux - Nodjialem Myaro (Présidente de la LFH) : "On est face à des versions contradictoires"
France tv sport francetvsport