Nikola Karabatic va pouvoir réintégrer l'effectif de Montpellier
Nikola Karabatic. | AFP - Sylvain Thomas

Tej et Nikola Karabatic réintégrés

Publié le , modifié le

Après avoir reçu en entretien individuel Nikola et Luka Karabatic, Primoz Prost et Issam Tej, mis en examen pour escroquerie dans l'affaire des soupçons de match truqué, le président du Montpellier Agglomération handball Rémy Lévy a rendu publique ses premières décisions concernant le sort de ces quatre joueurs. Si Nikola Karabatic et Issam Tej sont réintégrés dansl'effectif montpelliérain, Luka Karabatic est convoqué pour un entretien préalable à une sanction.

Nouveau rebondissement dans l'affaire des paris suspects impliquant des joueurs du Montpellier Handball. Nikola Karabatic, qui nie avoir  parié, est "réintégré dans l'effectif" de Montpellier, tandis que son frère Luka est convoqué pour un entretien disciplinaire, a annoncé le président du club. "A partir de demain, Nikola Karabatic et Issam Tej reprendront l'entraînement", a affirmé Rémy Lévy  lors d'une conférence de presse. "Nous n'avons pas de raison de mettre en doute la parole de Nikola  Karabatic et Issam Tej, ils nous ont affirmé les yeux dans les yeux qu'ils  n'avaient pas parié, on prend acte de leur position", a expliqué le président. "Nikola Karabatic nous a confirmé sa version des faits, les yeux dans les yeux il nous a dit qu'il n'a jamais parié directement ou indirectement, qu'il s'agissait d'une initiative isolée de sa compagne qu'il n'a apprise qu'après" a-t-il poursuivi. "Issam Tej est venu s'expliquer et nous a affirmé ne pas avoir parié", a ajouté le dirigeant montpelliérain.

"N'ayant rien à lui reprocher en l'état, le club n'avait pas le choix", a  réagi un proche de Nikola Karabatic, insistant sur le fait que l'entame d'une  procédure de licenciement aurait été suicidaire pour le club. Si Nikola Karabatic est donc techniquement autorisé à rejouer avec son  club, dans l'attente d'une décision judiciaire sur le fond de l'affaire, sa  relation avec Montpellier ne s'est pas forcément réchauffée pour autant. "Ca leur coûte aux dirigeants de réintégrer Niko après tout ce qu'ils ont  déclaré en public et en privé. Ils bouffent leur chapeau", grince-t-on dans le camp des Karabatic où on estime que Montpellier, qui manie un discours très  ferme depuis le début de l'affaire, voulait surtout éviter de laisser la star  des Bleus libre, comme cela aurait été le cas en cas de licenciement.

Lévy : "On tirera les conclusions en fonction de l'avancée de l'enquête"

"On n'a pas de raisons de mettre leur parole en doute mais on surveille de près la suite de l'évolution judiciaire, on tirera les conclusions en fonction de l'avancée de l'enquête", a tout de même précisé Rémy Lévy. "Aujourd'hui, en l'état actuel de l'évolution de cette enquête, on retravaille normalement", a également dit l'entraîneur, Patrice Canayer. "A partir du moment où il y a un contrat, on travaille sans problème, il n'y a pas de raison de ne pas travailler de manière efficace. Après, on verra dans quel sens va évoluer l'enquête. C'est une enquête qui va être longue et qui aura des rebondissements", a-t-il assuré. Le club se place donc dans une position d'attente. Le choix de réintégrer pour le moment ces deux joueurs se base sur leurs déclarations et sur le fait qu'à l'heure actuelle, rien ne semble prouver qu'ils ont parié.

Luka Karabatic et Prost dans la panade

En revanche, Luka Karabatic, le jeune frère de l'icône du handball  français, est convoqué le 8 novembre à un "entretien préalable à une sanction disciplinaire" pouvant aller jusqu'au licenciement. Contrairement à Nikola Karabatic et à Issam Tej, lui avait avoué avoir  parié. Toutefois, tous nient avoir truqué le match. "Le comité directeur considère que les joueurs qui ont parié contre le club  ne sont pas dignes de porter le maillot du MAHB", a souligné M. Lévy. Le quatrième joueur mis en examen dans ce dossier, Primoz Prost, qui avait  reconnu avoir parié, a été reçu dans l'après-midi par la direction du club qui avait convoqué les handballeurs mardi pour des "entretiens individuels" et "informels" auxquels n'assistaient pas leurs  avocats.Comme le cadet des Karabatic et Dragan Gajic, il est à nouveau convoqué.

Ils sont soupçonnés d'avoir parié sur le score à la mi-temps du match  Cesson-Montpellier du 12 mai dernier, des paris qui contreviennent "aux règles  essentielles d'éthique et de morales auxquelles (le MAHB, ndlr) est  profondément attaché". Le club, qui s'est porté partie civile dans ce dossier, a affirmé dès le  début de l'affaire qu'il prendrait des sanctions contre les joueurs au cas par  cas. "Il y a des conséquences en termes d'images et d'un point de vue financier, les premières pertes peuvent être évaluées à un million d'euros", a, par ailleurs, estimé le président du club. Par ailleurs, rien n'assure que la carrière de Nikola Karabatic, appelé à rejoindre l'équipe de France à Rouen pour le début de la  campagne de qualifications à l'Euro-2014, continue à Montpellier...

Voir la video

Voir la video

Jerome Carrere