Nikola Karabatic
Nikola Karabatic à la sortie de la salle du tribunal de Montpellier | AFP - ANNE-CHRISTINE POUJOULAT

Procès des paris suspects: Les Karabatic et consorts vont savoir

Publié le , modifié le

A 14h, au tribunal de Montpellier, le verdict du procès des paris suspects autour du match de handball Cesson-Montpellier du 12 mai 2012 sera rendu. C'est donc cet après-midi que les Nikola Karabatic, mais également son frère ainsi que 6 autres joueurs, et pour un total de 16 personnes, connaîtront la sentence de la justice. Elle pourrait ne pas être la dernière étape de ce feuilleton, débuté voici trois ans. Retour sur l'affaire.

Vidéo: Les réquisitions du procureur

Le procès

Au total, 16 personnes, parmi lesquelles 8 joueurs du Montpellier Agglomération Handball (MAH) de l'époque (Luka et Nikola Karabatic, Samuel Honrubia, Mladen Bojinovic, Primoz Prost, Mickaël Robin, Dragan Gajic, Issem Tej) devaient répondre des chefs d'inculpation d'"escroquerie" ou de "complicité d'escroquerie" au préjudice de La Française des Jeux pour une somme avoisinant les 300 000 euros. Jennifer Priez, compagne de Luka Karabatic, a vu son chef d'inculpation modifié en complicité d'escroquerie. Les juges d'instruction ont par ailleurs défini pour chaque mis en examen le montant du préjudice subi par la Française des Jeux. Il va de 4350 euros pour Nikola Karabatic à 87 000 euros pour Samuel Honrubia. Luka Karabatic, le frère de Nikola, se voit reprocher un préjudice de 24 360 euros. Quant à Nicolas Gillet, présenté comme un des concepteurs de ces paris, le montant du préjudice reproché est fixé à la somme de 112 500 euros.

Vidéo: Une journée importante, peut-être pas la dernière

Le rappel des faits

Le 12 mai 2012, le match entre Cesson et Montpellier fait l'objet de paris de la part de certains joueurs. Un montant anormal de paris conduit les enquêteurs du service Courses et Jeux à s'intéresser à ce match de championnat. Près de 100 000 euros sont joués sur ce match. Interpellations, auditions, information judiciaire, mises en examens, recours, deux expertises, les épisodes ont été nombreux depuis la fin septembre 2012, date à laquelle les enquêteurs ont procédé à l'interpellation notamment de Nikola Karabatic, à la sortie d'un match avec son club de Montpellier. Star mondial du handball, il était forcément plus regardé que les autres, ce qui l'avait contraint à clamer publiquement son innocence. Il y avait plusieurs autres joueurs impliqués dans cette affaire, dont le frère de Nikola, Luka, désormais pierre angulaire de la défense de l'équipe de France, sacrée au Qatar en début d'année. Samuel Honrubia (PSG), Mladen Bojinovic (PSG), Primoz Prost (Göppingen), Mickaël Robin (Cesson), Dragan Gajic et Issem Tej (Montpellier), qui évoluaient tous dans le club héraultais à l'époque, étaient concernés par ces paris.

Vidéo: Que risquent les prévenus ?

Le délibéré en direct avec l'envoyé spécial de FranceTVsport, Thierry Vildary