Pineau: "de la maturité dans ce groupe"

Pineau: "de la maturité dans ce groupe"

Publié le , modifié le

Allison Pineau, la demi-centre de l'équipe de France, estime que la victoire sur la Russie (25-23) en quart de finale du Mondial-2011 dames de handball, ce mercredi à Sao Paulo, démontre qu'il y a "de la maturité dans ce groupe", a-t-elle déclaré à la presse. "Il y a des gens qui sont leaders. On n'a pas besoin de citer les noms", a-t-elle confié.

AFP: Q - Que dit cette victoire sur la valeur de l'équipe de France?
AP- "Ca prouve qu'aujourd'hui il y a de la maturité dans ce groupe. Il y a des gens qui sont leaders. On n'a pas besoin de citer les noms. Chacun sait ce qu'il a à faire. Il y a en a qui ont un rôle précis et d'autres qui sont là pour mener l'équipe. Je tiens à souligner la performance défensive de l'équipe. Ca a été énorme, sur la couverture des pivots, l'engagement vers l'avant. Il y a beaucoup de progrès au fur et à mesure des matches".

La défense française a été absolument exceptionnelle...

AP- "Aujourd'hui, c'était juste tu montes, tu descends en défense. Et après, quand on récupérait les ballons, c'était tout de suite vers l'avant. En début de match, on a manqué un peu de lucidité. On savait qu'il fallait monter les ballons, mais on ne l'a pas forcément fait de façon ordonnée. Puis on a serré la défense, et après l'attaque. C'est magnifique, vraiment. Tout le groupe a fait ce qu'il fallait. Ce n'était pas évident de jouer à 11h45. On s'est levé à 06h30 ce matin, ce n'était pas facile d'être présentes. Le Danemark ou l'Angola, peu importe l'adversaire en demi-finale. Dans tous les cas, ce sera difficile".

Vous, personnellement, avez pris des coups, manqué des tirs, et pourtant vous n'avez pas lâché mentalement. Comment avez-vous fait?
AP- "C'est l'expérience. Je savais qu'il fallait que je sois présente. Des filles m'ont soutenue, m'ont dit: +Ne t'inquiète pas, ça va passer+. Je me suis aperçue qu'elles m'avaient très bien étudiée. J'ai quand même changé plusieurs fois de côté. Je suis restée solide à l'intérieur. Je ne pouvais pas m'effondrer mentalement, ni physiquement par rapport au groupe, par rapport aux filles auprès desquelles je me suis engagée. Par rapport à Maya (Mariama Signaté) qui a pleuré, qui aurait beaucoup aimé être là et qui aurait dû être là si elle n'avait pas été blessée. Même par rapport à tout ce que j'ai vécu, à mon titre en 2010 (de meilleure joueuse du monde, qui n'avait pas fait l'unanimité, ndlr), ça représente énormément de choses".

AFP