Philippe Bana: « un calendrier à taille humaine »

Publié le , modifié le

Auteur·e : Manu Roux
Philippe Bana, le DTN du hand français
Philippe Bana, le DTN du hand français | GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Le Directeur Technique National, candidat à la Présidence de la Fédération Française de Handball (FFHB), se réjouit du calendrier établi en vue de la saison prochaine qui s’annonce néanmoins chargée avec le Mondial 2021, les éliminatoires de l’Euro 2022, le Tournoi de Qualification Olympique (du 12 au 14 mars) et, on l’espère, les JO.

Les Fédérations européenne et internationale ainsi que les différents pays et grands clubs qui ont voix au chapitre se sont accordés sur le calendrier de la saison prochaine. Satisfait ?
Philippe Bana : « Oui, ça faisait 15 jours non-stop qu’on planchait là-dessus et c’est un vrai soulagement. C’est un grand puzzle qu’il fallait recomposer et je pense qu’on l’a fait intelligemment, en concertation avec toutes les parties. On se dirige vers une année 2021 qui ressemblera à l’année 2020 que l’on aurait dû avoir, en évitant une surcharge de compétitions au mois de juin comme cela semblait se profiler. Le seul point faible de ce calendrier, c’est cet enchaînement à cheval sur 2020 et 2021 entre le Final 4 de Ligue des champions (28 et 29 décembre), les qualifications pour l’Euro 2022 prévues début janvier et le Mondial 2021 (du 14 au 31 janvier). Mais les qualifications de l’Euro prendront en fait la place de la traditionnelle Golden League donc il n’y aura pas de charge supplémentaire concernant l’équipe de France. Ça reste un calendrier à taille humaine, avec évidemment les précautions d’usage et de rigueur qu’il faut prendre, compte tenu de l’évolution de la pandémie et de la date de reprise des championnats domestiques. »

Un TQO en mars plutôt qu'en juin

Ce calendrier reste malgré tout très chargé. N’y avait-il pas plus simple ?
PB
: « Sans doute, mais on a quand même réussi à procéder à un élagage des modes de qualification. Il n’y a que le TQO que l’on n’a pas réussi à faire supprimer mais c’est quand même une victoire dans les négociations que l’on a menées: celui-ci n’aura finalement pas lieu fin juin 2021, à un mois des JO, comme cela semblait prévu au départ mais en mars, à la place d’une semaine internationale traditionnelle, et c’est beaucoup mieux comme ça ! Maintenant que la nouvelle est officialisée, on va pouvoir préparer ce tournoi sereinement avec la commission «grands événements sportifs » mise en place par le Ministère. Il faudra vérifier la disponibilité de Bercy à ces dates (12-14 mars) ou trouver une autre salle. »

14ème du dernier Euro, la France se retrouve dernière nation européenne qualifiée pour le Mondial 2021. Avez-vous eu peur que les Bleus qui ont participé à toutes les éditions depuis 1990 ratent ce grand rendez-vous de janvier prochain ?
PB
: « Non, très sincèrement, ce n’était pas l’angoisse de la semaine. Pour les barrages qui devaient avoir lieu en juin avant d’être supprimés, la France était tête de série donc je n’étais pas très inquiet. Je n’avais d’ailleurs même pas réalisé que nous étions le dernier pays qualifié ! Je pensais qu’il en restait derrière ! »

Manu Roux ManuRouxJO