Kevin Seraphin (France)
Kevin Seraphin (France) | AFP PHOTO / JANEK SKARZYNSKI

Parker secoue les Bleus

Publié le , modifié le

La France a remporté sa deuxième victoire en deux matches à l'Eurobasket en Lituanie en battant Israël 85 à 68 jeudi à Siauliai. (Lituanie). Avant de rencontrer l'Allemagne vendredi, les Bleus ont confirmé leur succès de la veille face à la Lettonie en s'appuyant sur un cinq majeur séduisant et un Tony Parker terminant, de nouveau meilleur marqueur avec 21 points.

Même s'il a moins joué et marqué que la veille, Parker a encore beaucoup donné (29 minutes) en prenant ses responsabilités de meneur mais aussi de scoreur lorsque l'équipe semblait embourbée, secouant un peu des Bleus se laissant parfois enfermés dans un faux rythme. Il a été assisté par un excellent Mickaël Gelabale (13 points) qui, comme mercredi, a bien tenu les ailes avec Nicolas Batum (15 points). Joakim Noah a, lui, continué son apprentissage du basket international tout en étant rentable (9 points, 9 rebonds en 19 minutes), ce qui n'a pas été le cas de Nando De Colo, à la dérive (5 fautes et 3 balles perdues en 9 minutes).

Contrairement à ce qu'ils avaient fait la veille, les Bleus ont bien débuté la rencontre en étouffant les extérieurs israéliens, et en s'appuyant sur une belle réussite offensive qui leur permettait de virer avec une confortable avance (24-14) à l'issue du premier quart temps avec, une fois n'est pas coutume, une belle adresse à trois points. Cette avance confortable à permis à Vincent Collet d'ouvrir rapidement son banc. Celui-ci l'a (mal) remercié avec un passage calamiteux où les remplaçants ont dilapidé cet avantage en trois minutes. Car comme souvent,ce qui est assez récurrent chez eux et alors que l'entraîneur tricolore voulait faire tourner son effectif, les Français traversaient leur trou d'air habituel et prenaient un éclat: 13-0 en cinq minutes qui permettaient aux joueurs de Shivek de revenir au contact, puis de mettre le doute sur des Bleus qui se retrouvaient menés pour la première -et seule- fois du match (34-35, 18e). Il a fallu le retour du cinq de départ (Parker-Batum-Gelabale-Diaw-Noah) pour rétablir la situation à la pause et enfoncer le clou sur un 18-0 (52-35, 24e) face à une équipe israélienne beaucoup trop légère dans la raquette. 

Les Français retrouvaient leur équilibre, en défiant la zone adverse. Les coéquipiers de Blutenthal tentaient de respirer encore, en profitant notamment des nombreuses pertes de balles tricolores, dues notamment à un excès de précipitation, mais ils manquaient de densité physique et de rythme pour contrer des Bleus à l'aise à l'intérieur. Alors que les match était plié (73-53), les remplaçants ont pu revenir pour les cinq dernières minutes. Avec un peu plus de bonheur mais sans enlever l'impression que le salut français passera par son cinq majeur, une situation qu'il faudra gérer sur une compétition aussi longue qu'un Euro. D'autant qu'il faudra éviter ces périodes plus ou moins longues de "passage à vide" qui, face à un adversaire d'un autre calibre, risque de se payer plus chèrement. 

Déclarations

Vincent Collet (sélectionneur de l'équipe de France): "On a trop perdu la balle, en particulier dans le deuxième quart-temps. Il faut que les remplaçants élèvent leur niveau ce qui ne veut pas dire qu'ils doivent faire des choses formidables mais qu'ils doivent avoir plus de stabilité. Je ne demande pas au deuxième cinq de faire grandir le score mais au moins de le consolider. C'est important pour la suite de la compétition. Je pense que le banc est parfois trop gourmand. Il faut faire preuve d'humilité et jouer de façon très rigoureuse. Il faut que les remplaçants comprennent qu'avant de montrer des choses il faut déjà ne pas faire de bêtises."
      
Boris Diaw (capitaine de l'équipe de France): "On a fait preuve de beaucoup de sérieux. On aurait pu se relâcher après la victoire d'hier mais on a vraiment abordé ce match comme il le fallait. (Sur les remplaçants) Ce n'est pas toujours facile de rentrer dans certaines conditions, surtout quand on a déjà pris de l'avance. Il y a peut-être eu un relâchement mental mais ce sont des choses qui sont corrigeables. Je pense que tous les joueurs sont conscients qu'il nous faut pas perdre en intensité. (Sur l'Allemagne) Nowitzki est un énorme joueur, quelqu'un qui a toute une panoplie d'armes offensives. Mais il y a l'Allemagne qui joue aussi avec lui. Il y a quelques années c'était Dirk tout seul mais là ils se sont renforcés. C'est vraiment une belle équipe."
      
Nicolas Batum (ailier de l'équipe de France): "Contrairement à hier, on a bien débuté. Après ils ont fait cette défense match-up qui nous a bien ralentis. On a commis des fautes d'inattention, perdu trop de ballons mais dans l'ensemble ça reste un bon match. Le deuxième cinq a fait quelques fautes, mais si ça se trouve demain il va nous sauver le match. Il faut juste que les remplaçants se mettent dedans. On en a parlé dans les vestiaires, j'ai confiance en eux et on ira jusqu'au bout avec."

Résultats de la 2e journée (1er tour)

Groupe A
Espagne - Portugal 87-73
Turquie - Grande-Bretagne 90-61
Lituanie - Pologne 97-77

Groupe B
Serbie - Lettonie 92-77
France - Israël 85-68
Allemagne - Italie 76-62

Groupe C
Bosnie - Monténégro 94-86
Grèce - Finlande  81-61
Macédoine - Croatie 78-76

Groupe D
Russie - Géorgie 65-58
Bulgarie - Belgique 68-65
Slovénie - Ukraine 68-64