nikola karabatic journalistes 102012
Nikola Karabatic et une meute des journalistes | Maxppp

Paris suspects: l'étreinte judiciaire se desserre

Publié le , modifié le

L'affaire des soupçons de match de handball truqué sur fond de paris sportifs a peut-être pris un tournant décisif, après que la cour d'appel de Montpellier a décidé de lever jeudi les contrôles judiciaires de tous les mis en examen, que ce soit des joueurs de Montpellier et des compagnes de deux d'entre eux, Géraldine Pillet et Jennifer Priez, que des anciens du MAHB.

"Chacun des appels est recevable", a indiqué la chambre de l'accusation de la cour d'appel de Montpellier. "La main levée totale et la restitution du cautionnement" ont donc aussitôt été ordonnées, répondant favorablement aux requêtes des avocats des intéressés. Déjà la semaine passée, l'étau s'était desserré lorsque le parquet général avait requis l'assouplissement des modalités du contrôle pour permettre des rencontres entre les joueurs incriminés et la direction du club de Montpellier (MAHB).

Un dossier qui fait 'pschitt' ?

Du côté de la défense, cette décision a été accueillie comme une première victoire. "J'estime que c'est un véritable coup de théâtre, un désaveu total pour l'institution judiciaire qui avait organisé un lynchage médiatique. Je pense que le dossier du hand est en train de faire 'pschitt'", a estimé Me Luc Abratkiewicz. Cette décision de la cour d'appel permet surtout au club héraultais de procéder à d'éventuels licenciements, sachant que jusqu'à présent, les contrôles judiciaires ne permettaient pas la tenue d'entretien préalable.

Les Karabatic reçus mardi par le MAHB
Montpellier recevra mardi individuellement les frères Nikola Karabatic et Luka Karabatic, Issam Tej et  Primoz Prost. La direction du club souhaite ainsi "recueillir les observations (des joueurs) sur les faits et décidera des suites contractuelles pouvant en résulter dans le strict respect des règles de droit."

Vendredi, Dragan Gajic avait obtenu la levée d'interdiction de rencontrer ses dirigeants et avait donc pu s'entretenir avec eux mardi, avant d'être convoqué à un entretien préalable de licenciement le 7 novembre. Cette nouvelle décision lui permettra en outre de se faire rembourser sa caution de 11.600 euros. Les autres personnes mises en examen pourront également récupérer leur caution fixée à 25.000 euros pour Luka Karabatic, 13.000 euros pour Jennifer Priez, 11.600 euros pour Mladen Bojinovic et Issam Tej, 9.000 euros pour Samuel Honrubia, 4.500 euros pour Nikola Karabatic, et enfin 4.400 euros pour Géraldine Pillet.

Romain Bonte