Nikola Karabatic
Nikola Karabatic à la sortie du tribunal | AFP - PASCAL GUYOT

Nikola Karabatic sort de son silence

Publié le , modifié le

"Je ne comprends pas qu'on veuille à tout prix prouver que ce match a été truqué. J'en ai marre de toute cette connerie", a affirmé mardi Nikola Karabatic à sa sortie de l'audience devant la Cour d'appel de Montpellier, devant laquelle il a demandé la levée de son contrôle judiciaire.

"Je ne comprends pas qu'on veuille à tout prix prouver que ce match a été truqué alors qu'il ne l'a pas été", a affirmé le champion olympique, mis en examen pour escroquerie pour des soupçons de match truqué sur la rencontre le 12 mai dernier entre Cesson et Montpellier, sur fond de paris sportifs. "Prouver que ce match, que je n'ai pas joué... Que mon petit frère ait pu truquer ce match sans le jouer... C'est juste incroyable. J'ai hâte que cette histoire soit finie, de pouvoir faire ce que je fais de mieux, c'est-à-dire jouer au hand", a ajouté l'icône du handball français.

Avouant en avoir "marre de (ses) dernières semaines", durant lesquelles il a vécu "un vrai cauchemar", Nikola Karabatic a déploré que sa famille "ait été salie". "J'ai hâte que justice soit faite. Car malgré tout, j'ai confiance dans la justice de mon pays", a-t-il souligné. Pour Nikola Karabatic, l'important est d'être reconnu innocent en terme pénal sur l'aspect tricherie. Quant aux paris, "ce n'est pas pénal. C'est une bêtise. C'est géré par la Fédération, la Ligue, le club", a-t-il rappelé.

Plus tard dans la soirée, sur Europe 1, Nikola Karabatic a tout de même consenti à préciser les sommes investies, déclarant que que sa compagne avait "fait un pari de 1.500 euros" sur le score à la mi-temps du match Cesson-Montpellier le 12 mai, tandis que son frère Luka avait lui parié une somme "aux alentours de 7.000 euros". Et de continuer à clamer son innocence, expliquant que son frère et lui "n'avaient pas truqué un match auquel ils n'avaient pas participé". "Ils (les enquêteurs, ndlr) essayent d'étayer tout ça en disant "il y a eu des paris" qui ont été faits sur ce match là, donc ça veut dire qu'il a été truqué, or c'est complètement faux. Ce sont deux choses tout à fait différentes: un trucage de match qui est une faute pénale, et vraiment très grave, et des paris par certaines personnes qui ont été avoués et assumés", a expliqué le double champion olympique, qui a confié avoir reçu de nombreuses lettres de soutien.

Voir la video

Voir la video

Voir la video