Nikola Karabatic
Nikola Karabatic | SOEREN STACHE / DPA / dpa Picture-Alliance

Nikola Karabatic n'y croyait plus : "Je ne pense pas que l'on puisse reprendre la compétition"

Publié le , modifié le

Confiné chez lui avec sa famille, Nikola Karabatic a répondu lundi au coup de fil de Fabien Lévêque pour nous donner de ses nouvelles. Double champion olympique, quadruple champion du monde et triple champion d'Europe de handball, le joueur du PSG est pourtant contraint de l'avouer : son sport est devenu pour lui secondaire. Et la Ligue lui a donné raison mardi, avec l'arrêt de la saison sur un nouveau titre du club parisien.

Bonjour Nikola, où êtes-vous confiné ?
Nikola Karabatic :
"Je suis en région parisienne avec ma famille."

Comment vivez-vous ce confinement ?
NK :
"C'est un vrai métier ! C'est la première fois que je ne joue pas, que je suis toute la journée avec mes enfants. Je suis certes au chômage partiel mais je suis devenu un véritable papa poule." (rires)

"Même si le confinement s'arrête, on ne pourra pas jouer immédiatement"

Aujourd'hui, quelle est la place du handball dans votre vie ?
NK
: "Il est vraiment devenu secondaire. Le plus important est de réussir à sortir de cette crise sanitaire. Je ne pense pas que l'on puisse reprendre la compétition : même si le confinement s'arrête, on ne pourra pas jouer immédiatement. Ça serait trop dangereux au niveau des blessures."

Comment faites-vous pour rester en forme ?
NK :
"Dès que j'essaye de faire des pompes j'ai mes deux enfants qui me sautent dessus, ce n'est pas facile ! (rires) J'essaye de trouver des exercices où je peux les impliquer. Je fais du sport mais dans quel but ? Je n'ai pas de programme très chargé, étant donné que je ne sais pas quand la saison va reprendre."

à voir aussi Guillaume Gille (entraîneur de l'équipe de France de hand) : "Une sensation de vide m'a envahi" Guillaume Gille (entraîneur de l'équipe de France de hand) : "Une sensation de vide m'a envahi"

Est-ce compliqué de se projeter ?
NK :
"On se sent dans une parenthèse. Tout est mis au second plan, on est dans l'attente de savoir comment on va sortir de la crise. C'est une période très spéciale."

"la saison prochaine s'annonce très rude"

Cela changera-t-il quelque chose de disputer les Jeux Olympiques à 37 ans en 2021 ?
NK :
"Je ne sais pas. Je vous dirai ça l'année prochaine ! Je pense que ce sera plus difficile physiquement que si j'avais eu 36 ans. Mais il y a déjà la saison prochaine qui s'annonce très rude. On a beaucoup de matches de handball entre l'équipe nationale et le club. L'année prochaine, il y aura : la Ligue des Champions avec plus de matches que d'habitude, le championnat à 16 équipes, le championnat du monde et évidemment les qualifications des Jeux Olympiques. Ce sera un véritable marathon ! Je vais devoir être prêt pour survivre à ce rythme effréné."

Quelle est votre occupation pendant le confinement ?
NK :
"Je lis des livres, des bandes dessinées et je remplis beaucoup de sudokus aussi. (rires) Sinon le dernier livre que j'ai lu est “En finir avec Eddy Bellegueule” d'Édouard Louis. En ce moment, j'attaque la série des XIII en bande dessinée."

"Merci à celles/ceux qui sauvent nos vies !"

Un message à faire passer ?
NK :
"Merci à celles/ceux qui sauvent nos vies ! Courage à celles/ceux qui subissent la maladie. #Staysafe. Un peu de poésie ! Il faut rester positif, il y a le corps et aussi l'esprit. Il faut que l'on sorte de cette crise en étant bien dans notre tête. Je pense que les psychologues auront du boulot en sortie de confinement !"

Fabien Lévêque FabLeveque