Nikola Karabatic
Nikola Karabatic | Valdrin Xhemaj/MAXPPP

Nikola Karabatic devant la justice en juin

Publié le , modifié le

Nikola Karabatic comparaitra pour "escroquerie" devant le tribunal correctionnel de Montpellier, à compter du lundi 15 juin, dans l'affaire des paris présumés illicites du match entre Cesson et Montpellier en mai 2012, a-t-on appris lundi. Au total, seize personnes sont renvoyées devant le tribunal pour ce procès prévu jusqu'au vendredi 26 juin.

Près de deux ans et demi après le coup de tonnerre des interpellations d'octobre 2012, à la fin du match entre Paris et Montpellier, sept joueurs comparaîtront ainsi aux côtés de l'icône du handball français: son frère Luka  Karabatic, l'international français Samuel Honrubia, et Mladen Bojinovic, Dragan  Gagic, Primoz Prost, Issam Tej et Mickaël Robin. Géraldine Pillet, la compagne de Nikola Karabatic, sera aussi sur le banc des prévenus tout comme Jennifer Priez, compagne de Luka Karabatic et animatrice de télévision. Cette dernière sera jugée pour "complicité  d'escroquerie".

Des positions divergentes

Depuis des semaines, les défenseurs de Nikola Karabatic, qui clame son innocence, attendent ce procès qu'ils jugeaient inévitable. Ils veulent y démontrer que l'actuel star de Barcelone et futur patron du PSG n'a ni parié ni  triché. Il n'avait d'ailleurs pas joué ce match. Quant aux joueurs qui ont parié, il s'agit de démontrer qu'il y a certes eu une faute sportive pour laquelle ils ont été sanctionnés. Mais que le match n'a lui pas été truqué...

Dans son réquisitoire délivré en février, le procureur Patrick Desjardins  avait, lui, dénoncé une tricherie "en équipe"."De toute évidence, les joueurs concernés ont poussé leur esprit d'équipe, clé de voûte de leurs très nombreux succès sportifs de l'époque, jusqu'à concevoir et commettre en équipe une tricherie ayant pour objet d'escroquer la  Française des Jeux", avait-il écrit. Sur l'objectif des paris effectués par des personnes ayant des liens avec les joueurs, quand ce ne sont pas les joueurs eux-mêmes, le magistrat s'était  interrogé: peut-être s'agissait-il simplement de faire miser Luka Karabatic  pour la cagnotte des joueurs et améliorer le séjour à Ibiza prévu en fin de  saison ? "Mais très vite, sans doute pris de vertige de la facilité de l'opération et de la certitude des gains, les membres n'ont pas résisté à la tentation",  avait-il ajouté.

Le procureur convaincu de la triche

Pour le procureur, dont la thèse a été retenue par la juge d'instruction Marie-Christine Desplat-Didier dans son ordonnance de renvoi de 67 pages signée début avril, même si certains joueurs (les frères Karabatic, Honrubia et Bojinovic) n'ont pas participé au match en cause, ils n'en sont pas moins responsables en tant que "leaders charismatiques". Pour le magistrat, la réussite du projet vient du fait que "chacun a respecté à la lettre comme dans tout sport d'équipe les consignes données". Ainsi, tous les paris qui portaient sur le score à la mi-temps (15-12) du  match Cesson-MAHB, finalement perdu le 12 mai 2012 par le club montpelliérain, ont été effectués entre 10H00 et 10H50 le 12 mai. Ils se sont montés à   103.100EUR en numéraire à la cote de 2,9 contre 1, un niveau leur évitant de  sortir de l'anonymat.

Parmi les joueurs, Nikola Karabatic, Gajic et Tej, ces deux étant les derniers à jouer encore à Montpellier, sont les seuls à nier avoir parié. Le triple champion du monde a toujours affirmé que les paris ont été pris à son insu par sa compagne. Seulement l'enquête a mis en exergue le téléchargement d'une application de pari sur son mobile.

Christian Grégoire