France Allemagne hand Karabatic 18012011
Karabatic passe en force | AFP-Fife

Montpellier champion pour la 13e fois

Publié le , modifié le

Montpellier a remporté son 13e titre de champion de France grâce à sa victoire sur Chambéry (34-25), samedi lors de la 24e journée du Championnat de France de handball. Montpellier ne plus être rejoint par Chambéry en tête du Championnat. A deux journées de la fin, les Héraultais disposent de quatre points d'avance et de la différence de buts particulière sur leurs adversaires.

C'est le quatrième titre de champion de rang pour Montpellier, le neuvième en dix ans. Chambéry est assuré de finir deuxième, pour la septième fois sur les dix dernières années. Le club savoyard a été titré une fois dans son histoire, en  2001. Lors de ce match en forme de finale, Chambéry a courageusement lutté en  première période (16-13 à la pause). Mais, trop diminué par les blessures, il  s'est ensuite écroulé face au jeu rapide et au potentiel offensif de  Montpellier.

"La semaine n'a pas été facile. Mais on a su trouver la force et le courage pour aller chercher cette victoire", a expliqué après le match l'ailier gauche montpelliérain Samuel Honrubia. "On ne s'est pas parlé (avant le match). Il y a une culture de la gagne dans ce club. La force est venue d'elle-même. On n'a pas fait le match parfait, mais on a été bon quand il a fallu", a-t-il ajouté. Disputée dans un contexte particulier, après le décès cette semaine de Branko Karabatic, le père de Nikola et Luka, et l'entraîneur des gardiens de Montpellier, cette rencontre décisive n'est restée indécise que l'espace d'une mi-temps.

Handicapé par les absences de Bertrand Roiné, Grégoire Detrez et surtout celle de Xavier Barachet, qui avait obligé Karel Nocar à se déporter vers le poste d'arrière droit, Chambéry a courageusement lutté en première période. Les arrêts de Cyril Dumoulin et les buts de Laurent Busselier sur son aile gauche ont permis aux Savoyards de limiter la casse à la pause (16-13).

Mais ils paraissaient déjà évoluer sur le fil du rasoir. Emmené par la puissance bestiale de William Accambray, Montpellier n'a pas lâché sa proie, accélérant le rythme dès le retour des vestiaires. Il était hors de question pour les Héraultais de connaître la même mésaventure qu'en quart de finale de la Coupe de France, lorsqu'ils avaient abandonné un avantage de sept buts en mars face aux mêmes Chambériens. Leur défense exemplaire et les arrêts de Richard Stochl ont permis à Montpellier de placer des contre-attaques, dont se sont goinfrés Michaël Guigou et William Accambray, pour très vite donner une ample proportion au score (26-18, 45e). Un écart dont Chambéry ne pouvait se remettre.

Les dix derniers champions

2011: Montpellier
2010: Montpellier
2009: Montpellier
2008: Montpellier
2007: Ivry
2006: Montpellier
2005: Montpellier
2004: Montpellier
2003: Montpellier
2002: Montpellier

Réactions

Michaël Guigou (ailier de Montpellier, au micro d'Orange sport): "Ce titre a une saveur particulière, on ne l'oubliera jamais. On a fait un grand match. La dernière fois que Chambéry était venu jouer là, en Coupe de France, c'est nous qui avions baissé physiquement. Là, on a réussi à remettre un coup d'accélérateur quand on menait de 4-5 buts en deuxième mi-temps. Et ils ne sont plus revenus."

William Accambray (arrière gauche de Montpellier, au micro d'Orange sport): "On a réussi une belle performance ce soir. Ce n'était pas évident après la semaine qu'on a vécue. On a bien abordé ce match. On a fait une belle saison, même s'il y a quelques petites choses qui sont venues la gâcher. L'élimination en Coupe de France et celle en Ligue des champions, qui a été un gros choc. Pour nous, c'était important de remporter ce titre."

Samuel Honrubia
(ailier gauche de Montpellier, au micro d'Orange sport): "On savait que ça allait se jouer aujourd'hui. La semaine n'a pas été facile. Mais on a su trouver la force et le courage pour aller chercher cette victoire. On ne s'est pas parlé (avant le match). Il y a une culture de la gagne dans ce club. La force est venue d'elle-même. On a montré beaucoup de concentration, beaucoup d'envie. Le public nous a bien aidés. On n'a pas fait le match parfait, mais on a été bon quand il a fallu."

Philippe Gardent
(entraîneur de Chambéry, au micro d'Orange sport): "Le score est un peu sévère. Mais on était à court de munitions en attaque placée. L'absence d'un arrière gauche qui tienne la route nous a handicapés. C'est juste, c'est normal, ils étaient beaucoup plus forts que nous aujourd'hui. C'est clair que la Coupe de France est hyper importante (Chambéry dispute la finale face à Dunkerque samedi prochain, Ndlr). C'est le seul trophée qu'on n'ait jamais gagné."

Cédric Paty
(ailier droit de Chambéry, au micro d'Orange sport): "On a fait une belle saison malgré cette défaite. On essaie de réduire l'écart (avec Montpellier) et on y arrive de plus en plus."