Nikola Karabatic
Nikola Karabatic | MAXPPP - GUILLAUME HORCAJUELO - EPA

Montpellier avec le coeur

Publié le , modifié le

Montpellier a fait le minimum en s'imposant (30-28) devant Barcelone, tenant du titre, dimanche en 8e de finale aller de Ligue des champions messieurs. Après un départ plutôt performant, les champions de France ont cédé face à la puissance espagnole et vu leur écart de six buts à la pause fondre inexorablement. Ce petit avantage de deux unités risque d'être insuffisant pour le match retour le 25 mars en Catalogne.

Affronter l'ogre catalan constituait un gros défi pour Montpellier, qui a souffert cette saison en Ligue des Champions, n'accrochant que la 4e place qualificative après un premier tour laborieux. Ce qui a eu pour effet de les jeter immédiatement dans les griffes d'une grosse équipe, le Barça en l'occurrence. Champion d'Europe et grosse cylindrée continentale, le mythique club catalan était très attendu dans l'Hérault.  Pour accueillir ce géant, Montpellier aurait aimé disposer de l'Arena de  8500 places, qui accueille désormais ses matches européens, mais elle était occupée. C'est donc à René Bougnol, le bastion historique de 3000 places, que  Montpellier a reçu Barcelone en espérant pouvoir compter sur une ambiance plus intimiste, plus chaude, qui lui a permis de réaliser de grands exploits.

Et l'ambiance était bien là au rendez-vous.Les Montpelliérains aussi. Emmenés par un Nikola Karabatic des grands jours, ils ont rapidement mis la pression sur des Barcelonais attentistes. Très solides défensivement, les hommes de Canayer se montraient également efficaces dans des contre-attaques rondement menées alors que les Espagnols avaient du mal à trouver des solutions. Il y avait de très belles choses du côté de Montpellier, notamment lors d'une  première période parfois magique où le culot du jeune Mathieu Grebille, titulaire à l'aile en l'absence de Michaël Guigou, et le brio de Primoz Prost dans les buts, mettaient leur équipe sur de bons rails. Montpellier faisait la course en tête et atteignait le repos avec une avance plutôt intéressante (17-11) suffisante en tout cas pour espérer en garder suffisamment en fin de partie, afin de prendre la meilleure option possible pour la qualification pour la suite de la compétition.

Le Barça passe la surmultipliée

Mais l'entame de la deuxième période fut très difficile pour les Français. La blessure de Vid Kavticnik, meilleur buteur et seul gaucher de l'équipe, en fin de première période, a pesé lourd. A la retombée d'un tir,  l'arrière slovène s'est tordu le genou gauche et le premier diagnostic était  plutôt pessimiste, laissant craindre une blessure grave.Sa sortie, ainsi que la défense stricte sur Nikola Karabatic, a pratiquement enlevé tout venin au jeu offensif malgréun excellent Gajic (8 buts) à  l'aile. Pourtant, les champions de France perdaient un nombre incalculable de ballons, ne parvenaient plus à franchir le rideau défensif espagnol et proposaient un jeu poussif, alors qu'en face, le rouleur compresseur catalan se mettait en marche. En 8', Barcelone infligeait un 8-2 à Montpellier et revenait à hauteur 19-19. Tout était à refaire pour les coéquipiers de Karabatic, qui mettaient beaucoup d'abnégation et de coeur, mais se faisaient bousculer physiquement dans des duels de plus en plus disputés. Finalement ils gardaient dans les dernières minutes suffisamment de ressources pour assurer la victoire. Mais avant ce match beaucoup de spécialistes tablaient sur un avantage minimum de six buts pour aller tenter d'escalader la montagne espagnole au match retour. Autant dire que ce matelas de deux petits buts, après une rencontre que le MAHB aurait pu davantage maîtriser avec plus de constance, risque bien de n'être pas assez épais la semaine prochaine en Catalogne. 

Malgré tout, au même titre que son adversaire, Monptellier possède l'expérience européenne et peut rêver à un exploit qui lui permettrait de valider une troisième qualificative pour les quarts de finale et peut-être même croire au prochain Final Four prévu en mai à Cologne. Pour cela, il faudra résister à la déferlante espagnole lors du match retour.         

Déclaration

Nikola Karabatic: "Ce succès nous donne de l'espoir. On va tout  donner dimanche, comme ce soir. On s'est bien battu, on a fait un gros match.  On est content du résultat même si on a mené de sept buts à la mi-temps. "Sans gaucher et avec la stricte sur moi on a eu du mal à trouver des  solutions en attaque. Il faut qu'on travaille là-dessus car il y a de la place  dans ce cas-là pour les autres arrières".

William Accambray: "On a gagné chez nous contre le champion en titre, donc c'est positif. C'est vrai qu'un ou deux buts de  plus auraient été pas mal pour le retour. Mais au vu de ce qu'on a montré, on  est aussi parfaitement capable d'aller gagner là-bas."

francetv sport @francetvsport