Handball France Angola Gnonsiane NIOMBLA
L'arrière gauche de l'équipe de France Gnonsiane Niombla au duel... | FF HANDBALL - S. PILLAUD

Mondiaux : La France se reprend face à l'Angola

Publié le , modifié le

Après s'être inclinée face à la Slovénie (24-23), samedi, lors de son premier match du Mondial, la France a retrouvé le goût de la victoire en dominant l'Angola (26-19) dimanche soir en Allemagne. Mais les filles d'Olivier Krumbholz ont encore connu un début de match "poussif" avant de prendre les commandes de la rencontre en fin de première mi-temps face aux Africaines. Prochaine échéance pour les Bleues, mardi, contre le Paraguay (20h30).

Il fallait une victoire, c'est fait ! Mais la France a quand même été accrochée par les championnes d'Afrique pendant une première mi-temps où on a retrouvé les défauts de la veille: précipitation en attaque et inefficacité au tir. A la pause, il n'y avait qu'un but d'avance (11-10), mais dès le retour des vestiaires, un changement tactique judicieux en défense (de 0-6 à 1-5), récompensé par des occasions de contre-attaque, a permis aux vice-championnes olympiques de se mettre à l'abri grâce à un 7-1.

"Cette victoire est ce qu'il nous fallait"

L'exclusion de la gardienne Cristina Branco, remplacée par une doublure de bien plus faible niveau, à l'image de tout le banc angolais, a mis fin au suspense. Les motifs de satisfaction ont été nombreux pour les Françaises, l'agressivité en défense, la bonne forme confirmée du pivot Laurisa Landre (5 buts), la réussite retrouvée d'Alexandra Lacrabère en attaque (7 buts) et d'Amandine Leynaud dans la cage, même si la valeur de l'Angola, une équipe que les Bleues venaient de battre facilement 30 à 18 en préparation mercredi à Metz, incite à la prudence.

"On est convalescent, on a perdu un match qui nous reste en travers de la gorge. Cette victoire est ce qu'il nous fallait pour nous remettre dans le coup. En première mi temps, on a encore eu trop d'échecs au tir. Il va falloir se libérer dans ce secteur-là, sinon il n'y aura pas d'issue contre les grosses équipes", a prévenu le sélectionneur Olivier Krumbholz au micro de BeinSports.