France Allemagne
Les Bleus ont arraché le point du nul en Allemagne. | KAY NIETFELD / DPA / dpa Picture-Alliance

Mondial 2019 : La France arrache le nul à Berlin (25-25)

Publié le , modifié le

Au terme d'un match intenable, Timothey N'Guessan a offert le match nul à l'équipe de France à la toute dernière seconde (25-25). Emmenés par un grand Kentin Mahé (9/11 aux tirs), les hommes de Didier Dinart gardent les commandes du Groupe A tout en se qualifiant pour le tour principal. De bon augure pour la suite.

Insoutenable. Le moins que l'on puise dire est que ce choc du Groupe A a tenu toutes ses promesses. Très décousue, physique, pleine de contacts... la rencontre entre la France et l'Allemagne a été intense, les deux équipes se rendant coup pour coup jusqu’au coup de sifflet final. Et le dernier coup des hommes de Didier Dinart aura été le bon. Du moins pour garder les commandes de leur groupe. Menés 25-24 à trois secondes de la fin du match, les Bleus n'avaient plus le choix : tirer vite. Et marquer. Héritant du ballon, Timothey N'Guessan a montré qu'il avait le sang-froid, glaçant une Mercedes-Benz Arena chauffée à blanc. Son unique réalisation de la partie. "Je suis content de mettre le dernier but, mais je suis surtout content pour l'équipe qui était menée de trois buts", a souligné N'Guessan au micro de beIN Sports. "C'est comme cela que l'on forge une équipe", a rajouté l'arrière de l'équipe de France. Meilleur scoreur du match, Kentin Mahé a converti quatre jets de 7 mètres, pour un total de 9 buts à 82% de réussite. 

Sorhaindo blessé, Karabatic pas encore prêt

Comme attendu, le premier grand duel de ce Mondial a été âpre et défensif entre ces deux sélections de costauds. Les Allemands avaient fait un faux-pas la veille en perdant un point contre la Russie (22-22), mais, déjà le dos au mur, ils n'en étaient que plus remontés. Les Bleus ont été bousculés en première période par les shooteurs allemands : eux-mêmes souvent en échec, ils se sont retrouvés menés de deux buts à la pause (10-12).  Dans un combat toujours aussi physique, les deux équipes se sont livré un mano a mano jusqu'à la sirène, avec l'Allemagne la plupart du temps en tête d'une ou deux longueurs, malgré les efforts d'un excellent Kentin Mahé (9 buts), de Nedim Remili et Ludovic Fabregas (3 chacun). Trente secondes avant le dénouement, les Allemands avaient gâché un ballon crucial sur une mauvaise passe.

Pour la deuxième fois depuis son arrivée à Berlin samedi, Nikola Karabatic, de retour précoce de blessure, n'a pas été intégré à la liste des seize et on ne sait pas à quel moment il le sera. En tout cas, au poste de demi-centre, c'est Kentin Mahé qui a pris l'ascendant sur Nicolas Claire dans le système du sélectionneur Didier Dinart. Le joueur de Veszprem (Hongrie), qui a passé une grande partie de sa vie en Allemagne, a été le meilleur homme du match. Mais une blessure est venue assombrir la belle soirée française, celle du pivot Cédric Sorhaindo sorti dès la 8e minute en boitant bas, probablement à cause d'une déchirure au mollet. Le capitaine n'est plus réapparu sur le terrain. Un quatrième pivot, le Nantais Nicolas Tournat, serait rappelé si le Martiniquais n'était plus apte à continuer. 

Avec ce match nul, les Bleus conservent la tête de leur groupe avec sept points (trois victoires et un match nul), et se qualifient pour la seconde phase de groupe à Cologne à partir de samedi. L'Allemagne est deuxième avec 6 points. "On savait qu'ils étaient capables de le faire, ils étaient motivés du début à la fin. On va maintenant terminer cette phase de groupe et voir la suite", a expliqué Didier Dinart au micro de beIN Sports. "Ce ne sont jamais des rencontres simples. On avait besoin d'un match référence et je pense que c'est le cas avec ce match contre l'Allemagne", a ajouté le sélectionneur des Bleus. Des Français qui affronteront la Russie jeudi pour le dernier match de cette première phase de groupe afin de tenter d'emmagasiner le plus de points avant le tour principal.

Déclarations : 

Kentin Mahé , au micro de beIN Sports: "Je pense qu'à la fin, le match nul reflète bien la rencontre et nous arrange. A chaque fois qu'on lançait quelqu'un au centre de leur défense il se prenait des tartes, il fallait lâcher les ballons. On n'a pas démérité. Cela a été compliqué. On a réussi à garder notre sang-froid, à rester lucide, c'est ce qui a été décisif. C'était un match que j'attendais depuis longtemps."

Romain Lagarde : "Tout le monde a participé, on a fait un gros match. Il y avait 3-3 au bout de 13 minutes, c'est dire la défense qu'il y a eu de chaque côté. On arrache un beau nul, c'est un point qui va compter à la fin. Cela va nous donner la confiance, notamment pour jouer la Russie (jeudi). C'est particulier de jouer les Allemands chez, eux, c'est le pays du hand, les 16.000 spectateurs étaient derrière eux."

Luka Karabatic : "C'est plus un point gagné qu'un point perdu. C'est une très bonne chose de ne pas avoir perdu quand on voit l'ambiance qu'il y a eu, la façon dont l'Allemagne a poussé. Il y avait beaucoup de choses contre nous, on a plié mais on n'a pas cédé. On peut être fier de nous et du répondant qu'on a eu, de notre combativité. Il faut qu'on se serve de ces choses pour avancer dans la compétition. On a peut-être perdu notre capitaine (Cédric Sorhaindo), c'est un gros coup dur."

Championnat du Monde de Handball