Leynaud-Darleux, stars de la finale

Leynaud-Darleux, stars de la finale

Publié le , modifié le

Amandine Leynaud surtout mais Cléopâtre Darleux aussi ont été des derniers remparts exceptionnels pendant la finale du Championnat du monde remportée par l'équipe de France face à la Norvège (23-21). Après une compétition fabuleuse, les deux femmes décrochent le premier titre majeur de leur carrière en sélection.

Si Alexandra Lacrabère a marqué le dernier but du match, si Allison Pineau a inscrit un jet de 7 mètres ultra-décisif à deux minutes de la fin, si Manon Houette a évidemment éclaboussé cette finale de sa classe, le deuxième titre de championne du monde dans l'histoire de l'équipe de France féminine de handball doit énormément à sa paire de gardiennes. Amandine Leynaud en fil rouge et Cléopâtre Darleux, par séquences, ont écoeuré les Norvégiennes limitées à 21 buts alors qu'elles en inscrivaient en moyenne plus de 32 par match pendant ce championnat du monde ! Qu'elles étaient belles ces images des deux gardiennes s'enlaçant, s'embrassant, après la rencontre mais aussi pendant. Dans le but, Amandine Leynaud et Cléopâtre Darleux se sont relayées mais c'est ensemble qu'elles ont formé un mur extraordinaire pendant cette finale homérique et pendant tout ce tournoi fabuleux pour les filles de l'équipe de France.

Lire aussi : L'exploit des Françaises championnes du monde !

Leynaud superstar

La Fédération internationale de handball (IHF) a peut-être élu les meilleures joueuses de ce Mondial quelques heures trop tôt... Dans les buts de cette équipe de rêve, Kotrine Lunde, la Norvégienne, et ses près de 45% d'arrêts pendant la compétition. Et pourtant, comment ne pas se dire que la finale d'Amandine Leynaud aurait pu faire pencher la balance en sa faveur ? D'ailleurs plus que la finale dans son intégralité, retenons la première période fabuleuse de la gardienne du Vardar Skopje (Macédoine). Après 30 minutes de jeu, le dernier rempart français avait déjà repoussé huit des 18 tentatives norvégiennes. De quoi gonfler la confiance de ses partenaires et faire douter les Norvégiennes, grandes favorites de cette finale, qui ont finalement balbutié leur handball. Le tout grâce à Amandine Leynaud en particulier mais aussi à la défense française à qui il convient de rendre hommage après cette heure de jeu, modèle de hargne, de volonté et d'abnégation. Autant d'ingrédients qui ont conduit cette équipe sur le toit du monde.

Darleux, un (court) passage parfait 

A la 46e minute, les deux équipes étaient à égalité à 17-17 dans un money-time qui avait décidé de de débuter plus tôt qu'à l'accoutumée.  Loke frappait le poteau mais obtenait le jet de sept mètres et deux minutes de suspension pour Camille Ayglon-Saurina. Olivier Krumbholz, dans un nouveau coup tactique habile, décidait alors d'envoyer Cléopâtre Darleux au front malgré les 35% de réussite d'Amandine Leynaud dans l'exercice pendant le Mondial. La gardienne de Brest s'avançait et détournait le tir de Kristiansen. A quinze minutes de la fin, cet arrêt devait s'avérer décisif tant il portait les Bleues vers un final exceptionnel. Laissée sur le banc à cause de la réussite exceptionnelle de Leynaud, Darleux a su sortir de sa boîte au moment idoine. La preuve que le duo de gardiennes fonctionnaient à la perfection pendant ce Mondial. Vous voulez une preuve de plus ? Avec la Norvège, la France est la seule nation à placer ses deux gardiennes dans le top 10 des meilleures gardiennes de ce Mondial. Et cerise sur le gâteau, Leynaud et Darleux ont eu ce supplément d'âme pour briller au meilleur moment. Pour porter la France sur le toit du monde.

Christophe Gaudot @ChrisGaudot

Championnat du Monde de Handball