Luka Karabatic vers Aix-en-Provence ?

Publié le , modifié le

Luka Karabatic, mis en examen avec son frère Nikola et quatre autres joueurs dans l'affaire de soupçons de match truqué de handball de D1 sur fond de paris sportif, va signer un contrat d'un an avec Aix-en-Provence, a annoncé TV SUD mercredi soir.

La signature de Luka Karabatic, qui a avoué avoir parié sur le score à la mi-temps de son équipe lors du match à Cesson le 12 mai doit intervenir lorsqu'il aura reçu sa lettre de licenciement pour faute grave que lui a adressée le club héraultais, a précisé le chaîne de télévision. Aix-en-Provence avait également envisagé le prêt jusqu'à la fin de saison de Nikola Karabatic qui a nié avoir parié et a fait, lui, son retour dans le groupe. Mais Aix n'a réuni que 350.000 euros alors que 470.000 euros étaient nécessaires pour accueillir l'icône du handball français, a encore précisé TV Sud. Le Slovène Primoz Prost, le second joueur à avoir admis avoir parié mais le seul à s'être excusé, est lui reparti dans son pays. Il devait également quitter le MAHB dans les prochains jours, peut-être sous forme d'un accord à l'amiable. Son épouse a déjà dit au revoir à Montpellier par l'intermédiaire de Facebook.

L'officialisation de l'avenir des deux joueurs, Luka Karabatic et Primoz Prost, était dans un premier temps prévue pour mercredi. Cependant, dans la journée, le président du club Rémy Lévy avait fait savoir que "rien n'était fait" et que "tout a été décalé jusqu'à au moins vendredi". Ni Rémy Lévy ni Bhakti Ong, l'agent des frères Karabatic, n'ont pu être joints par l'AFP.  Le Tunisien Issam Tej et le Slovène Dragan Gajic ont réintégré l'effectif le 30 octobre tout comme Nikola Karabatic qui a reçu une ovation du public pour son retour à domicile depuis son interpellation le 30 septembre et sa mise en examen le 2 octobre. Au total, 13 personnes, dont cinq joueurs de Montpellier et deux ex-Montpelliérains transférés au PSG cet été, ont été mis en examen pour escroquerie aux dépens de la Française des Jeux dans cette affaire.

Julien Lamotte