Dika Mem
Dika Mem | AFP

Les Tricolores dominent les Islandais en Golden League

Publié le , modifié le

Après un succès (35-29) sur le Danemark et un nul in extremis contre la Norvège (29-29), l'équipe de France a eu raison de l'Islande 28-26, à Straume. Les Bleus qui ont notamment pu compter sur de nombreux arrêts de leur portier Julien Meyer, menaient déjà 17-12 à la pause. Venue avec une équipe rajeunie, les anciens (Michaël Guigou, Nikola Karabatic, de toute façon blessé, Cédric Sorhaindo et Luc Abalo), et Kentin Mahé qui vient de devenir père, ayant été exemptés, la France termine ainsi de la plus belle des manières cette semaine en Scandinavie.

Vainqueurs du Danemark (35-29) jeudi, les Français finissent avec un bilan satisfaisant cette compétition qui a surtout servi à une large revue d'effectif, les anciens (Michaël Guigou, Luc Abalo, Cédric Sorhaindo et Nikola Karabatic, de toute façon blessé) étant restés à la maison, comme Kentin Mahé qui vient de devenir père.

"C'était un bon week-end de travail. Dans les fins de match, on baisse un peu, c'est notre péché mignon, mais dans l'ensemble c'est correct. Tout le monde a tourné, c'est positif", a commenté Raphaël Caucheteux, auteur de cinq buts (dont 3 penaltys), comme Valentin Porte. Le tournoi a permis au sélectionneur Didier Dinart de voir en action de jeunes joueurs comme Romain Lagarde et le gardien Julien Meyer, titulaire contre les Islandais, ou d'autres dans des rôles inhabituels comme Dika Mem (demi-centre) ou Melvyn Richardson (ailier).

La valeur des résultats doit être relativisée car toutes les équipes ont fait tourner, se privant parfois de leurs meilleurs éléments. Ainsi le demi-centre islandais de Barcelone Aron Palmarsson n'a pas joué dimanche contre les Français. Les Bleus se retrouveront au mois de juin en Guadeloupe pour deux matchs amicaux contre le Danemark le 9 à Pointe-à-Pitre et le 13 à Basse-Terre. Leur prochaine compétition internationale est le Mondial-2019 en Allemagne et au Danemark, où ils défendront leur titre en janvier.