Allison Pineau
Allison Pineau au shoot face au Brésil | AFP - YASUYOSHI CHIBA

Les Brésiliennes font craquer les Bleues

Publié le , modifié le

Le 3e match du Mondial féminin à Sao Paulo a tourné au cauchemar pour les Françaises. Après avoir mené (17-10) à la pause contre le Brésil, les filles d'Olivier Krumbholz ont pris la marée auriverde en deuxième pour ne marquer que cinq petits buts en trente minutes, et s'incliner, dans une folle ambiance, par (26-22). Ce coup d'arrêt n'hypothèque pas les chances françaises dans cette épreuve, mais cela peut compliquer leur aventure brésilienne.

Une mi-temps tranquille

C'était un test, le premier de ce Mondial. Le premier match contre le Japon (41-22) avait donné des certitudes quelque peu effacées par la performance, victorieuse, contre la Tunisie (25-17). Forcément, affronter les Brésiliennes, devant leur public, qui restaient sur une victoire contre les Françaises lors du dernier Mondial en Chine, représentaient une première date cochée par Olivier Krumbholz. Mais après leur succès au Mondial-2005 puis au Mondial-2009, les Brésiliennes ont conforté leur statut de chat noir pour les Bleues en championnat du monde.

Pendant trente minutes, la France a semblé survolé les débats, se jouer d'une opposition pas si extraordinaire que ça. De belles remontées de balle, des actions construites et une bonne défense, voilà comment les Tricolores menaient à la pause (17-10). Un matelas de sept buts et surtout une impression de maîtrise, la France semblait bien partie pour enregistrer leur troisième victoire. Mais après la mi-temps, les Brésiliennes, dans une ambiance surchauffée, changeaient de défense, faisaient entrer leurs grands gabarits, et imposaient une pression que les Françaises ne parvenaient pas à endiguer. Après 15 minutes dans la deuxième période, et déjà deux temps morts posés par Krumbholz, le Brésil ne comptait plus qu'une longueur de retard (20-19). Seule Kanto avait réussi à trouver el chemin des filets jusque-là en se sortant des griffes sud-américaines au poste de pivot. Et l'inévitable survenait avec l'égalisation de Cavaleiro (21-21) à 12 minutes du terme de la rencontre.

Cinq buts en trente minutes

Et grâce à Piedade, les Auriverde passaient devant (22-21), et prenaient même deux longueurs d'avance avec Rodrigues (23-21). Et la note montait même à +3 avec un but sur l'aile de Rocha (24-21). Incapable de trouver la moindre faille dans une défense redoutable et musclée des Brésiliennes, la France voyait s'envoler cette victoire qui lui tendait les bras. C'est un coup d'arrêt, brutal, mais qui peut se révéler utile.

Le chemin vers les 8e de finale ne se complique pas vraiment puisque les quatre premières sont qualifiées, mais les Bleues ont peut-être rendu leur chemin vers le sacre, qu'elles ambitionnaient, beaucoup plus périlleux. Elles peuvent encore finir à la première place si elles gagnent tous leurs matches, y compris le dernier contre les redoutables Roumaines, et si ces dernières battent le Brésil. En clair, elles n'ont plus leur destin en main pour obtenir cette première place, synonyme de 8e et de quarts de finale plus serein. En perdant, elles augmentent leurs chances de croiser le chemin des Russes et des Norvégiennes, grandes favorites pour la couronne mondiale.

Les Françaises ont maintenant devant elles une journée de repos mercredi pour se remettre de cette défaite et préparer leurs deux derniers matches, jeudi face à Cuba, une rencontre qui devrait être une simple formalité, et vendredi contre la Roumanie.

Voir la video

Voir la video

Voir la video

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze