Les Bleues s'en sortent face aux Tchèques

Les Bleues s'en sortent face aux Tchèques

Publié le , modifié le

L'équipe de France dames conserve une infime chance de qualification pour les demi-finales de l'Euro, après sa victoire (24-22) face à la République Tchèque dans le 2e match du tour principal, mardi à Belgrade. Mais les Bleues ont encore une fois souffert, alternant le bon et le moins bon. Tout se jouera jeudi contre la Serbie, qui a battu (29-26) les Danoises, rivales principales des Bleues.

Dans une salle qui sonnait le creux, les Françaises avaient impérativement besoin d'un succès pour rester en vie dans la compétition, même si désormais elles savent que leur avenir, et en premier lieu la qualification pour le dernier carré, ne dépend plus d'elles. Pour s'en sortir elles devaient l'allant du jeu qui leur permet souvent de se sortir de situation compliquée, mais surtout gommer la fragililité mentale qu'elles avaient affichée jusqu'alors dans cet Euro, comme si elles n'avaient pas confiance en leurs moyens. 

D'autant qu'après la déroute face à la Norvège, les filles de Krumbholz en avaient pris un gros coup sur la tête et qu'il semblait difficile de les voir se relancer sans avoir en mémoire ce match au cours duquel leur collectif avait complètement sombré. Pourtant, elles sont parvenues à trouver des ressorts pour aborder cette rencontre malgré une équipe tchèque solide sur la base arrière. Les Françaises sont bien rentrées dans la rencontre, et se sont appliquées, difficilement, à faire le métier,  en s'appuyant comme toujours sur leur défense.   

Un trou d'air.....puis un sursaut 

Les Tchèques,  au jeu collectif bien huilé mais manquant d'impact physique, ne semblaient pas avoir les armes pour les perturber après trente minutes (14-10). Les Bleues, à l'image de Camille Ayglon, qui fêtait sa 150e sélection, ont manifesté de l'envie et cette rébellion était plutôt positifive. Mais comme face à la Norvège, et comme souvent, les Bleues ont connu un long passage à vide après la pause. Les actions devenaient alors plus individuelles, certaines joueuses passant à côté de leur objectif, et le spectre d'une nouvelle déconvenue pointait, alors qu'elles avaient de plus en plus de mal à jouer ensemble. Les Bleues ont encaissé un 9-2 en 15 minutes, en subissant la loi de la gardienne tchèque Barbora Ranikova. Mais sous l'impulsion des cadres, qui n'ont pas envie de compromettre les dernières chances qui leur restent, les coéquipières de Raphaelle Tervel sortaient le tête de l'eau, à l'image de Siraba Dembele qui, après avoir multiplié les échecs aux tirs, trouvaient suffisamment de ressources mentales pour inscrire trois buts consécutifs et permettre aux Bleues de refaire surface et de remettre la main sur le match. 

Un groupe plus maître de son destin

Certes, cette courte victoire ne leur permet pas encore d'être tout  à fait rassurées et les Françaises, toujours en apnée, ne respirent pas totalement à l'air libre. Mais le simple fait qu'elles aient retrouvé des forces morales, et qu'elles aient été capables de se remettre en question pour aller provoquer le destin, leur entrouvre la porte de l'espoir. La suite ne leur appartient plus. La défaite du Danemark devant la Serbie (29-26) leur permet de rester dans la course. Elles devront jouer leur qualification lors de la dernière journée jeudi  face à la Serbie, en espérant que la Norvège, déjà assurée de sa place en demi-finale après sa victoire (28-25) sur la Suède, joue le jeu face au Danemark. Car si Françaises et Danoises l'emportaient toutes les deux, elles se retrouveraient avec six points, mais le Danemark devancerait la France pour l'avoir battue d'un petit but lors du  tour préliminaire.  

Olivier Krumbholz (entraîneur de l'équipe de France): "C'était le scénario dans lequel il ne fallait surtout pas tomber. Quand on est en convalescence comme nous en ce moment, il ne faut surtout pas aller dans un money-time où ça se tient. On a fait ce qu'il fallait en première mi-temps. Mais ce qui est terrible, c'est que là où on faisait craquer avec facilité les adversaires en deuxième, c'est eux qui reviennent sur nous. Ils ont de bonnes joueuses, un jeu assez atypique et on a subi. On a trouvé des solutions, mais une fois encore on a été en échec aux tirs. Et si on n'a pas perdu, c'est parce que Linda Pradel a fait une bonne seconde mi-temps et surtout une très bonne fin de mi-temps. On est face à deux problèmes: on est face à nos incompétences handballistiques, mais aussi mentalement on n'est pas très bien et on ne veut pas se l'avouer. Ce qu'elles arrivaient à masquer en pleine bourre, en pleine confiance aux jeux Olympiques, là elles ont beaucoup plus de mal. "

Résultats de mardi - Tour principal - Groupe I

Serbie - Danemark  29 - 26Norvège - Suède     28 - 25
République tchèque - France  22 - 24Classement:
1. Norvège 8 pts (qualifiée pour les demi-finales
2. Serbie 5 
3.Danemark 4
4.France 4
5.Suède 3
6.République Tchèque 0

La situation dans le groupe II est beaucoup plus claire. Le Monténégro et la Hongrie sont qualifiés, reste encore à établir leur classement respectif.. Le Monténégro a subi sa première défaite du tournoi, face à l'Allemagne (20-27). Mais les vice-championnes olympiques, qui avaient remporté leurs quatre premières rencontres, étaient assurées avant même leur match d'être qualifiées. Les Russes et les Espagnoles s'étaient en effet neutralisées (25-25) juste avant, qualifiant d'office le Monténégro. L'ailière droite Carmen Martin (11 buts) a inscrit le but de l'égalisation à la dernière seconde pour l'Espagne. La Hongrie, qui avait son destin en mains, l'a saisi sans la moindre hésitation en dominant lors du dernier match la Roumanie (25-19).   

francetv sport @francetvsport