Paule Baudouin France Macédoine Euro 2012
Paule Baudouin exulte après un but marqué contre la Macédoine | DIMITAR DILKOFF / AFP

Les Bleues offrent une belle première

Publié le , modifié le

Trois mois après le traumatisme de Londres, l’'équipe de France féminine de handball a tourné la page en s'imposant face à la Macédoine lors de son premier match de l’'Euro 2012 (29-16). Dans une salle hostile, à Nis (Serbie), les Bleues ont maîtrisé la première période avant d’'offrir un récital pour achever leurs adversaires. Solides en défense, les filles d’'Olivier Krumbholz ont profité des grandes performances de leurs gardiennes pour se faciliter la tâche.

Cette semaine, on leur a beaucoup parlé de Londres et de cette élimination tragique en quart de finale face au Monténégro. Pourtant, les filles d’'Olivier Krumbholz ont démontré qu'’elles étaient passées à autre chose. Grâce à une défense agressive, les Françaises ont rapidement mené au score pour ne plus le lâcher (2-1, 3e), accentuant peu à peu leur étreinte (29-16). Les performances de haut niveau réalisées par les gardiennes Darleux (8 arrêts) et Pradel (11 arrêts) ne sont d’'ailleurs pas étrangères à ce résultat.

Darleux solide, Baudoin sereine

Invaincues lors de ses quatre dernières sorties, face à des pointures (Danemark, Suède, Norvège, Espagne), l’'équipe de France a confirmé sa belle forme du moment. Deux fois médaillée de bronze à l’'Euro (2002, 2006), elle a également su résister à la pression du public de Nis, résolument pro-macédonien. Sa défense de fer lui a permis de marquer des buts faciles grâce à des relances rapides. Sans deux passages en force de Dembélé et Dancette, les Bleues auraient même pu s’'envoler plus tôt au tableau d’affichage. Cette dernière a tout de même permis à une Paule Baudoin enregistrée à 8/9 aux tirs de transformer deux jets de 7 mètres pour faire gonfler le score (7-4, 11e) et infliger un 5-0 rédhibitoire pour les Macédoniennes. Puis Mendy s’est réveillée. Tout en puissance l’'arrière tricolore a marqué malgré la cravate de Nikolic, sanctionnée d’'une exclusion de 2 minutes. Deux jets de 7 mètres de Baudoin plus tard, la France a mené 13-6 (22e) avant de se relâcher, mise en échec par la gardienne adverse Nomauska (15-10, 30e). "C'est un peu difficile  de rentrer dans le premier match d'une compétition. On se cherche un peu, il y  a un peu de pression. Avec l'envie de bien faire et quelques mauvais choix, on a un peu gaspillé en première mi-temps" a d'ailleurs reconnu Allison Pineau à la fin du match.

Les Bleues en démonstration

Et ses vice-championnes du monde de partenaires ne se sont pas contentées de ce premier acte maîtrisé mais parfois brouillon. Pradel a remplacé Darleux dans les bois en seconde période, livrant un récital, à l'’image de son équipe. Infranchissable, la Havraise a gardé sa cage inviolée quinze minutes durant, de la 29e à la 44e minute. Dembélé s’'en est donné à cœoeur joie sur son aile (5/5 aux tirs) pour confirmer l’ascendant des Bleues. Encaissant seulement six buts en seconde période, les Françaises ont donné une belle impression contre l’'adversaire supposé le plus faible de ce groupe B. Ce devrait être une autre paire de manche face au Danemark ce jeudi. Une défense hermétique ne sera pas de trop.…

Olivier Krumbholz (entraîneur de l'équipe de France): "La défense a été solide. Elles ont bien préparé leur match, bien étudié l'adversaire. Les gardiennes ont été là au bon moment. Elles ont été très supérieures à ce qu'elles avaient été en préparation. C'est la bonne nouvelle de la journée. Par contre dans le champ, c'est très inégal. Il y en a qui réussissent la première mi-temps, d'autres la deuxième. Il va falloir s'y mettre en attaque, parce que par moments, il y a trop d'hésitations."

Jérôme Carrère

Jerome Carrere