Katty Piejos France VS Ukraine Euro 2010
La Française Katty Piejos | AFP - ATTILA KISBENEDEK

Les Bleues matent l'Ukraine

Publié le , modifié le

Après sa victoire face à la Suède, l'équipe de France féminine de handball a déroulé face à l'Ukraine (19-31), mercredi, dans le cadre du 2e tour de l'Euro 2010 en Norvège. Dans la soirée, le succès de la Norvège sur les Pays-Bas (35-13) lui permet d'obtenir son billet pour le match pour la 5e place. Un résultat presque inespéré après un début de compétition raté.

Du bon et du moins bon

Après un début de match assez serein (5-1, 10e) dans le sillage de Mariama Signaté (4 buts), les Françaises sont retombées dans leurs travers avec de  nombreuses balles perdues, laissant revenir (9-9, 20e) des Ukrainiennes  approximatives mais tenues à bout de bras par Viktoriya Borshchenko (7 sur 10) et Anastasiia Pidaplova (6 sur 11). L'écart à nouveau creusé juste avant la mi-temps (16-13, 30e) a augmenté  régulièrement en deuxième période (23-15, 41e; 27-18, 52e) avec une défense solidaire, une Amandine Leynaud toujours sûre (53% d'arrêts en 30 mn), des ailières toulonnaises Siraba Dembélé (5 sur 5) et Audrey Deroin (5 sur 6), et messine Alisson Pineau (6 sur 6), efficaces.

Avec ce second succès en deux jours, les Bleues ont fait un grand pas, mercredi, vers le match pour la 5e place de l'Euro. Un pas que la Norvège est venue confirmer un peu plus tard dans la soirée grâce à sa franche victoire sur les Pays-Bas (35-13). Les Françaises  connaîtront leur adversaire à l'issue des derniers matches du groupe 1 jeudi. Ce sera le Montenegro, les triple championnes du monde en titre russes, la Croatie ou l'Espagne. "Après la première semaine, on n'aurait pas forcément parié là-dessus",  rappelait l'arrière Camille Ayglon en reconnaissant tout de même une  frustration: "Quand on voit notre deuxième semaine, on se dit que si on avait  pas raté la première, on pourrait être en demies..."

Déclarations :

Audrey Deroin, (ailière de  l'équipe de France): "On les a tuées en deuxième mi-temps sur les montées de  balles. On (les ailières) a eu des ballons, on les a mis au fond. Il reste trois  jours, un seul match. On montre aujourd'hui au public qui on est vraiment. On  n'a pas eu la chance qu'on a eu l'année dernière, mais on aurait pu finir 10e ou  12e. On s'est battu jusqu'au bout pour être dans le Top 5, mais il faut encore  aller chercher cette place."    

Nina Kanto: (pivot de l'équipe de France): "L'essentiel est fait, on a bien  redressé la tête. On progresse de match en match, on montre des choses de plus  en plus intéressantes. Et ça fait du bien de dormir le coeur léger après une  victoire !"

Camille Ayglon, (arrière de l'équipe de France): "On aurait pu tuer le match  plus tôt, mais on a été fidèles à notre réputation. (sourire) Physiquement, on a  été bien, on a pu utiliser tout notre banc, toutes nos rotations. On est  forcément un peu déçues parce que quand on voit la deuxième semaine on se dit  que si on n'avait pas raté la première, on pourrait être en demies... C'est un  peu frustrant."

Olivier Krumbholz, (entraîneur de l'équipe de France): "Il fallait  absolument gagner pour rester dans la course (à la place 5-6). On l'a bien fait,  malgré quelques relâchements coupables en première mi-temps. En revanche, elles  ont été plus stables en seconde. Nous avons pu faire tourner l'équipe et voir  encore de belles performances, avec une Allison (Pineau) qui revient très bien  et une Amandine vraiment impressionnante dans son but. (...) Cela démontre que  l'équipe de France est forte physiquement, au moment où d'autres nations  flanchent sérieusement."

Isabelle Trancoën