Mariama Signaté
Mariama Signaté et son énorme déception lors des JO de Londres | AFP - JAVIER SORIANO

L'échec de Londres comme tremplin des Bleues pour l'Euro de handball

Publié le , modifié le

Doubles vice-championnes du monde, les handballeuses françaises ont vécu un gros échec aux JO de Londres en étant sorties en quarts de finale, pour un but (23-22 pour le Monténégro). Avec un effectif presque inchangé (hormis la blessure de la gardienne Leynaud), la France rêve d'un premier sacre lors de l'Euro en Serbie, qui débute aujourd'hui. "On va pouvoir profiter pleinement du travail qui a été fait pour préparer Londres", estime Olivier Krumbholz, l'entraîneur

Elles étaient venues à Londres avec de grands espoirs. Elle en sont repartis avec une étrange douleur. De ce sentiment d'inachevé, de frustration et d'incompréhension, les Françaises veulent en faire les fondations d'une consécration. En Serbie, elles visent au moins le podium dans un championnat d'Europe extrêmement ouvert. Pour effacer ces sentiments, pour gommer un peu ces images des quarts de finale contre le Monténégro, et ce dernier ballon qui glisse des mains de Raphaëlle Tervel pour aboutir à un penalty à une seconde du terme du match et à la défaite.

Une lente reconstruction

Depuis le mois d'octobre, l'édifice se reconstruit, petit à petit, dans la douleur. "En octobre, ça a été un peu difficile", explique le sélectionneur Olivier Krumbholz, faisant référence à la 1re phase de Golden League, et aux 2 défaites pour une victoire. "On a eu du mal à être performant, un petit temps de retard dans tous les secteurs. Là, ça va mieux, mais c'est vrai qu'il a quand même fallu un peu de temps pour gérer le résultat des JO. J'espère que cet épisode est remis à sa place. Il ne sera pas oublié, mais il faut le mettre dans un petit coin de sa tête, et plutôt s'en servir que le subir. C'est le genre de défaite qu'on ne peut pas oublier, mais qui doit nous aider à avancer." En se tournant vers cet Euro, les Françaises se sont peu à peu remises dans le jeu. Avec quatre succès consécutifs (Danemark, Suède, Norvège, Espagne), elles ont repris leurs repères, repris confiance.

Contrairement à beaucoup d'autres formations, la France n'a pas fait le grand nettoyage après les JO. Hormis la blessure d'Amandine Leynaud, ou le retour de Katty Piejos, trop juste pour Londres après une blessure au genou, le groupe olympique forme le groupe de l'Euro. "On va pouvoir profiter pleinement du travail qui a été fait pour préparer Londres", souligne Krumbholz. "Après, il faut que le groupe ne se sclérose pas et montre que tel qu'il est constitué, il est encore capable de repartir au combat." L'emblématique entraîneur de ces Françaises n'a pas rendu les armes, et il ne veut pas que l'embellie des derniers matches masque les manques: "On n'est encore pas au niveau qu'on avait à Londres et sûrement pas au niveau qu'on peut avoir. Il nous manque un peu dans tous les secteurs et particulièrement en attaque placée." Un rappel à l'ordre qui s'ajoute à un programme compliqué: des débuts contre la Macédoine, forcément soutenue par le public de Nis, ville proche de la frontière, puis les Danoises avant de finir par la Suède. 

La Norvège, favorite comme d'habitude

Dans ce groupe B, les Françaises sont loin d'avoir leur billet pour le tour principale en poche. Deux fois médaillée de bronze à l'Euro (2002, 2006), la France fait partie des favorites, mais derrière les doubles championnes olympiques, championnes du monde et triple championnes d'Europe norvégiennes. Le Monténégro, l'Espagne, la Russie, sans oublier le Danemark, la Suède et la Serbie pourraient jouer un rôle principal dans cette compétition.

L'Euro

. Formule:
Les 16 pays qualifiés sont répartis dans quatre groupes de quatre équipes qui se rencontrent lors du tour préliminaire du 4 au 8 décembre.
Les trois premiers de chaque groupe sont qualifiés pour le tour principal disputé dans deux poules de six équipes (du 9 au 13 décembre): les qualifiés des groupes A et B dans le groupe 1, les qualifiés des groupe C et D dans le groupe 2 (les équipes conservent les points récoltés lors du tour préliminaire face aux autres équipes qualifiées).
Les deux premiers seront qualifiés pour les demi-finales.

. Composition des quatre groupes:
Groupe A (à Belgrade): Norvège, Rép. tchèque, Serbie, Ukraine
Groupe B (à Nis): Danemark, France, Macédoine, Suède
Groupe C (à Novi Sad): Allemagne, Croatie, Espagne, Hongrie
Groupe D (à Vrsac): Islande, Monténégro, Roumanie, Russie

. Podiums des neuf éditions du Championnat d'Europe:
2010 (Danemark/Norvège): 1. Norvège, 2. Suède, 3. Roumanie ... 5. France
2008 (Macédoine): 1. Norvège, 2. Espagne, 3. Russie ... 14. France
2006 (Suède): 1. Norvège, 2. Russie, 3. France
2004 (Hongrie): 1. Norvège, 2. Danemark, 3. Hongrie ... 11. France
2002 (Danemark): 1. Danemark, 2. Norvège, 3. France
2000 (Roumanie): 1. Hongrie, 2. Ukraine, 3. Russie ... 5. France
1998 (Pays-Bas): 1. Norvège, 2. Danemark, 3. Hongrie (France non qualifiée)
1996 (Danemark): 1. Danemark, 2. Norvège, 3. Autriche (France non qualifiée)
1994 (Allemagne): 1. Danemark, 2. Allemagne, 3. Norvège (France non qualifiée)

Voir la video