Le PSG Handball gagne la Coupe de France

Le PSG Handball gagne la Coupe de France

Publié le , modifié le

Le PSG Handball, dominé en championnat par Dunkerque, éliminé en Ligue des Champions (quarts de finale), en Coupe de la Ligue comme au Trophée des Champions (demi-finale), a remporté la Coupe de France. En finale, les Parisiens ont battu Chambéry (31-27), pour remporter son premier et seul trophée de la saison. Deuxième de D1, cela laisse au bilan de l'équipe de Philippe Gardent un meilleur goût à cette saison. Avec le plus gros budget d'Europe, c'est néanmoins un bilan décevant pour les coéquipiers de Luc Abalo et Daniel Narcisse.

On leur promettait une domination outrancière dans le championnat domestique, et déjà une possible consécration en Europe. Finalement, les joueurs du PSG Handball devront se contenter simplement de la Coupe de France. Mais à voir leurs visages, ils étaient particulièrement heureux, et sans nul doute soulagés, de conquérir ce titre à la Halle Carpentier. Pour soulever ce trophée, Paris a encore dû lutter jusqu'au bout, face à Chambéry. Les Parisiens doivent une fière chandelle aux Savoyards, qui leur ont assuré leur deuxième place en championnat en battant cette semaine Montpellier en championnat.

Très fragilisé par cette saison, Philippe Gardent, l'entraîneur parisien, sauve les apparences en battant l'ancienne formation qu'il dirigeait, et qu'il a contribué à mener vers le haut du classement. Sous ses yeux, il a vu un de ses anciens protégés, Guillaume Gille, mettre un terme à sa glorieuse carrière sur une défaite. Mais cette victoire vaut plus cher que tout. Une quatorzième défaite cette saison aurait fait plus que désordre. Pour éviter de tomber, notamment face à un Kevin Nyokas intenable (8 buts), le PSG a pu s'appuyer sur ses stars: Igor Vori (6 buts sur 6 tentatives), Luc Abalo (6 buts) et Samuel Honrubia (6 buts), alors que Hansen (5 buts) et Narcisse (1 but et 3 passes décisives) ont été derrière. Mais il y a eu surtout la performance dans les buts de Patrice Annonay, décisif avec 11 arrêts sur 28 tirs, qui a totalement éclipsé l'Espagnol Sierra. Son homologue, Cyril Dumoulin, avait pour sa part livré une grosse prestation en première période (13 arrêts sur 28 tirs), avant de subir en deuxième période la domination parisienne (17 sur 48 tirs à la fin du match).

Déclarations

Philippe Gardent, entraîneur du PSG: "C'est  un sentiment de joie. C'est quelque chose de très bien. On aurait aimé en  amener d'autres des titres cette saison, c'est sûr. Mais là au moins c'est un  titre qui nous manquait. J'avais perdu quatre finales à Chambéry. La Coupe,  c'est toujours très difficile à gagner. Cela n'enlèvera pas la déception du  Championnat, mais c'est un très beau titre, un rayon de soleil dans une saison  où on a un peu galéré."
   
Samuel Honrubia, ailier gauche du PSG: "Si on n'avait pas gagné ce titre  là, on aurait fait une saison de merde. Ce n'est pas une super saison mais on a  au moins réussi à gagner un titre. Cela n'a pas été facile d'arriver jusque-là.  C'est un soulagement mais aussi une grande fierté. Mentalement, cela a été très  dur car il y avait beaucoup de pression. Mais on a su tous répondre présents,  et ça c'est bon. Aujourd'hui, on a maitrisé ce match, avec un visage que l'on  devra garder la saison prochaine, où on devra mieux faire. C'est un match qui  compte où l'on ne s'est pas désolidarisé lors des temps faibles.  On peut  maintenant partir en vacances tranquillement."

Antonio Garcia, arrière gauche du PSG: "Cette Coupe de France était  importante. L'an dernier, on avait fait un terrible match en finale contre  Montpellier. Cette fois-ci on était plus concentrés. Pour moi, c'est l'un des  meilleurs matches de la saison. C'est dommage d'avoir livré une telle  prestation seulement pour notre dernier match. On a manqué de régularité cette  année pour remporter le Championnat. On a alterné bons et mauvais matches. Mais  ce soir, tout le monde a été régulier. On a prouvé que l'on voulait cette  finale."
   
Guillaume Gille, arrière de Chambéry (qui a vécu sans jouer le dernier  match de sa carrière): "On ne choisit jamais comment les choses vont se  terminer. Il n'y qu'un seul vainqueur dans une finale. Cela aurait été extra de  partir avec un trophée mais cela ne sera pas le cas. Mais, et alors? C'est le  sport de haut niveau dans sa plus belle dimension! Ce soir c'est Paris qui  rigole et c'est Chambéry qui pleure. C'est la dernière fois que l'on vivait un  match ensemble avec mes frères (Benjamin et Bertrand). C'est forcément un  moment particulier."

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze